NOUVELLES
14/04/2012 10:25 EDT | Actualisé 14/06/2012 05:12 EDT

Des policiers protégeant Obama rappelés de Colombie pour «mauvaise conduite»

Getty

CARTHAGENE, 14 avr 2012 (AFP) - Barack Obama a été mis dans l'embarras dès avant l'ouverture du sommet des Amériques en Colombie avec des révélations de "mauvaise conduite" d'une partie de ses gardes du corps, qui avaient apparemment fréquenté des prostituées de Carthagène.

C'est quelques heures à peine après l'arrivée de M. Obama dans la ville coloniale, en état de siège pour ce sommet réunissant une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement samedi et dimanche, que ce scandale a éclaté.

"Il y a eu des accusations de mauvaise conduite formulées contre des membres du Secret Service à Carthagène en Colombie, avant le voyage du président", a expliqué vendredi soir un porte-parole du Secret Service, Edwin Donovan, dans un communiqué à l'AFP, sans plus de précisions sur les faits présumés reprochés à ces policiers.

Mais le Washington Post, citant le président de l'Association américaine des officiers de police fédéraux, a affirmé qu'au moins un de ces policiers avait été accusé d'être impliqué dans des relations avec des prostituées à Carthagène.

"Ces membres ont vu leur mission abrégée, ont été reconduits à leurs cantonnements et sont en train d'être remplacés par d'autres membres du Secret Service", a poursuivi M. Donovan. Il n'a pas dit combien de policiers étaient concernés - le New York Times a évoqué une douzaine d'agents rappelés - mais précisé qu'une enquête interne avait été ouverte.

M. Donovan a assuré que "ces changements de personnel n'auront pas de conséquences sur le plan de sécurité complet qui a été élaboré en prévision du voyage du président". Egalement vendredi, Carthagène et la capitale Bogota ont été le théâtre de l'explosion de bombes de faibles puissance qui n'ont fait ni dégât, ni blessé.

Samedi matin, le Secret Service n'avait aucun autre détail à communiquer sur l'affaire impliquant ses agents, tandis que la Maison Blanche s'abstenait de tout commentaire, renvoyant sur le communiqué initial de cette force de police parmi les plus prestigieuses des Etats-Unis.

Créé en 1865 pour lutter contre les faux-monnayeurs, une prérogative qu'il a conservée, le Secret Service a vu ses compétences s'étendre à la protection du président des Etats-Unis en 1901 après l'assassinat de William McKinley. Ses agents protègent aussi les dignitaires étrangers en visite aux Etats-Unis.

Depuis le début de la présidence Obama en janvier 2009, cette force comptant 4 500 agents s'est retrouvée au centre de plusieurs incidents notables.

Selon le Washington Post, un agent du Secret Service avait été inculpé de meurtre à Hawaii (Pacifique) en novembre 2011 alors qu'il préparait l'arrivée de M. Obama pour le sommet du forum économique Asie-Pacifique (Apec). Un autre avait été accusé de conduite en état d'ivresse dans l'Iowa (centre) en août 2011, là aussi avant un déplacement présidentiel.

Mais l'incident qui avait fait le plus de bruit s'était déroulé en novembre 2009 à la Maison Blanche, quand un couple avait réussi à déjouer les mesures de sécurité pour s'infiltrer dans le dîner d'Etat donné en l'honneur du Premier ministre indien Manmohan Singh.

Ils avaient même réussi à se faire prendre en photo avec M. Obama et son vice-président, Joe Biden, et n'avaient été débusqués que lorsqu'ils avaient mis en ligne ces clichés sur leur page Facebook. Plusieurs agents avaient été mis à pied.

Si le porte-parole de M. Obama avait affirmé que cet incident avait mis le président en colère, ce dernier avait assuré ne pas pouvoir "avoir une plus grande confiance dans le Secret service", même si le "système n'a pas fonctionné comme il devait".