NOUVELLES
14/04/2012 12:15 EDT | Actualisé 14/06/2012 05:12 EDT

Message de Netanyahu aux activistes de l'opération "Bienvenue en Palestine"

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a conseillé samedi aux militants pro-palestiniens qui veulent participer à l'opération "Bienvenue en Palestine" de "résoudre d'abord les problèmes" en Syrie, en Iran et dans la bande de Gaza.

"Nous vous suggérons de régler d'abord les problèmes réels de la région, puis de revenir et de partager avec nous votre expérience", a écrit le Premier ministre dans une lettre publique au ton ironique diffusée par son bureau.

Quelque 1.500 militants, dont 500 à 600 français, sont attendus dimanche ou lundi dans le cadre de l'opération "Bienvenue en Palestine".

Ces militants doivent partir dimanche de plusieurs aéroports européens ainsi que du Canada et des Etats-Unis et transiter par l'aéroport Ben Gourion de Tel Aviv, afin d'aller inaugurer une école internationale à Bethléem, en Cisjordanie occupée.

Mais les autorités israéliennes entendent bloquer leur passage et ont déjà transmis aux compagnies aériennes des listes de passagers indésirables. Air France, Lufthansa et Jet2.com ont annoncé avoir annulé les billets de plusieurs d'entre eux.

"Chers activistes, nous apprécions le fait que vous ayez choisi Israël comme objet de vos inquiétudes humanitaires. Nous savons qu'il y avait d'autres choix judicieux", ajoute la lettre de M. Netanyahu.

Le texte cite "la sauvagerie quotidienne dont fait preuve le régime syrien contre son propre peuple", "le régime iranien et la répression brutale de ses opposants" ou encore les "organisations terroristes" du Hamas à Gaza.

"Au lieu de cela, vous avez choisi de protester contre Israël, la seule démocratie du Moyen-Orient, où l'égalité des femmes est assurée, où la presse critique le gouvernement, où les organisations des droits de l'Homme peuvent agir librement, où la liberté de religion est protégée pour tous, où les minorités ne vivent pas dans la peur", affirme le Premier ministre.

En juillet 2011, Israël avait globalement réussi à déjouer une opération similaire en empêchant des centaines de militants d'embarquer pour Tel Aviv, et en bloquant puis expulsant quelques dizaines d'autres à leur arrivée.

jlr/fc