NOUVELLES
14/04/2012 06:07 EDT | Actualisé 14/06/2012 05:12 EDT

La ville de Halifax souligne en grand le centenaire du naufrage du Titanic

HALIFAX - Un chariot funéraire tiré par deux chevaux a mené une procession partant de la zone portuaire de Halifax à travers les rues du centre-ville, samedi soir, alors que la capitale de la Nouvelle-Écosse se remémorait le naufrage du Titanic, il y a 100 ans.

Le son des cornemuses emplissait l'air tandis que des centaines de personnes, dont certaines transportaient des chandelles et étaient vêtues d'habits d'époque, suivait le corbillard.

Thomas Hodgson dit avoir voyagé en provenance de Sydney, en Australie, car il voulait participer à un événement qui a touché les vies de personnes de partout sur la planète.

«Il est essentiel d'être sur place pour réaliser à quel point tout cela avait été tragique et terrible. Le naufrage a autant frappé le monde, en 1912, que l'ont fait les attaques du 11 septembre 2001», a affirmé M. Hodgson, un avocat.

La procession s'est rendue jusqu'à la Grande Parade, une place publique située en face de l'hôtel de ville, où devait être jouée de la musique de l'époque et où l'acteur Gordon Pinsent devait raconter l'histoire tragique du navire.

«Les gens étaient émerveillés, non seulement en entendant parler de l'incroyable taille du Titanic, mais aussi en découvrant sa grande opulence», a déclaré M. Pinsent, vêtu d'un foulard blanc et d'un tuxedo noir.

«Il (le Titanic) était quelque chose à voir — massif et majestueux, rutilant et racé — tout le monde voulait être de son premier voyage vers l'Amérique.»

Depuis que le Titanic a frappé un iceberg et a coulé le 15 avril 1912, Halifax est devenu un lieu de passage obligé pour les passionnés d'histoire, les romantiques, et pour ceux dont les ancêtres sont morts sur le navire.

Le ministre canadien de la Défense, Peter MacKay, se trouvait à la commémoration de Halifax, samedi soir, afin de souligner les efforts des Canadiens pour repêcher les victimes du naufrage.

La ville est également le lieu de dernier repos de 150 des victimes de la catastrophe.

Carol Dobson, une guide touristique âgée de 54 ans, a confié être captivée depuis de nombreuses années par le Titanic, et elle se sentait obligée de rendre hommage aux gens qui ont perdu la vie lors du naufrage.

«Il ne reste plus de survivants parmi les gens qui étaient à bord du Titanic, mais des membres de leurs familles sont vivants, et c'est une occasion d'en apprendre sur elles et sur ce que ces gens ont vécu», a-t-elle déclaré.

«L'histoire du Titanic m'a toujours fascinée.»

Le navire, que l'on disait insubmersible, effectuait son voyage inaugural vers New York. Le 14 avril, à 23h40, le paquebot a heurté un iceberg et coulé moins de trois heures plus tard. Plus de 1500 des 2208 passagers ont péri dans les eaux froides de l'Atlantique Nord.

À 0h27, dimanche, un moment de silence sera observé afin de rappeler le moment où le dernier message du Titanic a été capté. Les cloches des églises sonneront et des fusées d'alerte seront lancées pour symboliser l'appel à l'aide du transatlantique.

La commémoration de Halifax n'est que l'une des nombreuses cérémonies organisées partout sur la planète et en mer pour souligner le triste anniversaire.

Dans la cathédrale de Belfast, en Irlande du Nord, où le paquebot avait été construit, une cérémonie, samedi, était destinée aux passagers et membres d'équipage.

Au point de départ du navire à Southampton, en Angleterre, un orchestre a joué la pièce «The Sinking of the Titanic» du compositeur Gavin Bryar.

Un navire de croisière a quitté le port de Southampton en Angleterre le 8 avril dernier. Le MS Balmoral refait le voyage du Titanic, avec à son bord, des descendants des victimes et des 700 rescapés.

Ce bateau emprunte le même trajet que le célèbre transatlantique de la White Star Line, avec un arrêt symbolique sur les lieux de la tragédie, au large de Terre-Neuve.

Le dernier message de détresse radio du Titanic a été reçu à Cape Race, à Terre-Neuve.