NOUVELLES
14/04/2012 02:03 EDT | Actualisé 13/06/2012 05:12 EDT

GP de Chine - Schumacher en première ligne, six ans plus tard...

L'Allemand Michael Schumacher (Mercedes) partira en première ligne pour le Grand Prix de Chine, dimanche à Shanghai, sur le circuit où il avait remporté en 2006 sa 91e et dernière victoire en Formule 1, avant de prendre une retraite de trois ans.

A ses côtés, le septuple champion du monde aura son jeune coéquipier et compatriote Nico Rosberg, auteur samedi après-midi de la toute première pole position de sa carrière en F1.

"Je lui ai dit +bien joué+, c'est un peu une surprise, mais pour moi il n'y a aucune raison d'être déçu", a réagi "Schumi", à chaud, après avoir félicité Rosberg dans le stand, pendant que Norbert Haug, le grand patron de la compétition chez Mercedes, souriait de toutes ses dents.

Schumacher est en effet le principal bénéficiaire de la pénalité de cinq places infligée à Lewis Hamilton (McLaren), 2e chrono samedi mais 7e sur la grille dimanche, à cause d'un changement de boîte de vitesses cette semaine.

"Si l'on regarde d'où on vient, où on se trouvait la saison dernière, c'est déjà un sacré résultat pour nous", disait Schumacher à Sepang, après avoir signé le 3e chrono des essais du GP de Malaisie.

Malheureusement pour lui, et comme en Australie (4e sur la grille) où sa course s'était arrêtée au 11e tour, boîte de vitesses en vrac, celle de Sepang a été gâchée dès le 1er tour, à cause d'un accrochage avec Romain Grosjean (Lotus). La belle remontée qui a suivi, jusqu'à la 10e place, ne lui a rapporté qu'un petit point de consolation.

"Michael, nous t'aimons plus que tu ne peux l'imaginer", imprimé sur leur tee-shirt blanc "made in China": trois jeunes locales affichaient fièrement leur préférence, samedi matin, en attendant les pilotes à l'entrée du paddock. Et d'autant plus fièrement que leur "Schumi" d'amour avait signé vendredi le meilleur temps des essais libres, au volant de sa Mercedes W03.

A Spa aussi l'an dernier, sur l'un de ses terrains de chasse préférés (6 victoires), et en Australie pour l'ouverture de la saison, Schumacher avait déjà terminé en tête d'une feuille de chronos le vendredi, lors d'une séance sur deux. A chaque fois, le meilleur temps du jour a été signé dans l'autre séance, par un autre pilote.

Comme son glorieux aîné, Rosberg dispose d'une W03 équipée d'un "W-Duct", un dispositif aérodynamique ingénieux qui avantage les monoplaces allemandes, surtout aux essais. La preuve encore samedi, avec cette première ligne 100% allemande, une première depuis le rachat de Brawn GP par Mercedes, fin 2009.

Depuis son retour en 2010, le septuple champion du monde, vétéran du plateau à 43 ans, n'a jamais réussi à gagner, ni même à monter sur le podium. Il a bien fini 4e, quatre fois (Espagne, Turquie et Corée en 2010, Canada en 2011), mais il n'a jamais eu droit au champagne.

"L'âge, c'est ce que l'on ressent à l'intérieur, et je me sens bien", disait un Michael très détendu à la fin des essais hivernaux de Barcelone. Son retour au plus haut niveau pourrait bien avoir lieu dimanche à Shanghai, histoire de boucler la boucle.

Comme à chaque Grand Prix depuis son retour, il va essayer de prendre un bon départ et de partir devant. Comme à la grande époque des victoires à répétition du Baron Rouge et d'une Ferrari rouge comme le drapeau chinois.

dlo/jgu