NOUVELLES
14/04/2012 03:53 EDT | Actualisé 14/06/2012 05:12 EDT

Coupe de la Ligue - Finale Lyon-Marseille: Brandao, ce drôle de héros !

Brandao et Marseille, c'est décidément tout une histoire ! L'attaquant brésilien, souvent moqué pour ses approximations techniques, a marqué samedi le but de la victoire contre Lyon en finale de la Coupe de la Ligue (1-0 a.p.) et ainsi qualifié son club pour l'Europa League.

Le joueur de 31 ans, entré à la 97e minute à la place d'un Rémy acclamé par les supporters marseillais, n'a pas perdu de temps. A la 105e minute, il reçoit un centre de Cheyrou détourné involontairement par Umtiti et vient battre Lloris en lui tirant entre les jambes depuis le côté gauche.

Brandao aime jouer les hommes providentiels dans les contextes particuliers. Contre l'Inter Milan en 8e de finale retour de la Ligue des champions, c'était déjà lui qui avait marqué le but de la qualification, en fin de partie, et là encore peu après être entré en jeu.

L'embrassade appuyée de la part de Didier Deschamps à San Siro venait de loin. Elle contrastait en tout cas avec la moue ironique affichée par l'entraîneur de l'OM lorsque, en première partie de saison et alors qu'il s'interrogeait sur l'opportunité de recruter un attaquant supplémentaire, on lui avait rappelé le retour de prêt pour janvier 2012 de Brandao. Une moue qui en disait long...

Le joueur avait en effet été prêté toute l'année 2011 dans divers clubs brésiliens, où il ne s'est pas vraiment imposé, après avoir été mis en examen dans une affaire de moeurs, qui suit son cours. Il était parti de France par la petite porte, et le président de l'époque, Jean-Claude Dassier, assurait qu'il ne porterait plus jamais le maillot ciel et blanc.

Mais Brandao était revenu par la même petite porte, en catimini. Dans le vestiaire, il jouit d'une bonne popularité, ses coéquipiers appréciant sa bonne humeur proverbiale, sa modestie.

Mais ce retour se fait sous les sarcasmes de la France du foot, raillant cet attaquant un peu gauche, au jeu rude, au physique athlétique, à la technique aléatoire. Bref, pas un Brésilien dans le sens footballistique du terme.

Revenu donc en janvier 2012, il a eu sa chance avec les pépins physiques de Rémy et Gignac. Brandao marque d'ailleurs cinq buts lors de ses six premiers matches, toutes compétitions confondues. Avant de connaître dix matches de disette dans les compétitions nationales. Le onzième fut le bon.

ybl/jr