Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

SNC-Lavalin confirme que la GRC effectue une perquisition à son siège social

MONTRÉAL - L'action de SNC-Lavalin (TSX:SNC) a perdu quatre pour cent vendredi après la mise en branle, par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), d'une vaste perquisition à son siège social, situé au centre-ville de Montréal.

Le titre a terminé la séance à 38,40 $, en baisse de 1,67 $, à la Bourse de Toronto. La situation s'est redressée en milieu d'après-midi puisque peu avant 13 h, le recul dépassait les sept pour cent.

Dans un communiqué, le géant de l'ingénierie a indiqué que le mandat concernait «une enquête sur certains individus qui ne sont pas ou plus» à son emploi.

Une porte-parole de SNC-Lavalin, Leslie Quinton, a indiqué vendredi que le mandat de perquisition visait deux personnes, sans toutefois préciser si celles-ci sont encore à l'emploi de l'entreprise.

SNC a assuré qu'elle collaborait «pleinement à toute enquête relative à ce dossier ou à tout autre» et qu'elle entendait «répondre à toutes les demandes des autorités».

Marc Ménard, porte-parole de la GRC, n'a pas voulu donner plus de détails sur l'opération policière. Selon LaPresse.ca, l'édifice Félix-Martin, où se trouve le siège de SNC-Lavalin, a été complètement fermé au public.

À la fin mars, le grand patron de l'entreprise, Pierre Duhaime, a été relevé de ses fonctions. Une enquête interne venait de démontrer qu'il avait autorisé le versement de commissions irrégulières de 56 millions $ US à des agents commerciaux. M. Duhaime conserve toutefois son lien d'emploi avec la firme jusqu'au 27 juin. Lorsqu'il quittera pour de bon, il aura droit à un «arrangement de départ» de 5 millions $.

En février, deux vice-présidents de SNC-Lavalin, Riadh Ben Aïssa et Stéphane Roy, avaient quitté l'entreprise dans la foulée de cette affaire qui reste nébuleuse.

En plus des mystérieuses commissions de 56 millions $, SNC a perdu une somme de 23 millions $ qui était déposée dans le compte d'une banque libyenne.

L'Autorité des marchés financiers suit également de près cette affaire.

La perquisition de vendredi est la deuxième à toucher SNC-Lavalin en moins d'un an. En septembre, des enquêteurs de la GRC s'étaient rendus au bureau de l'entreprise à Oakville, en Ontario. La police se penchait alors sur un projet de pont au Bangladesh pour lequel SNC a soumissionné en 2011. Aucune accusation n'a encore été déposée dans cette affaire.

Plus tôt ce mois-ci, la Banque mondiale, qui participait au financement du projet bangladais, a toutefois suspendu le droit d'une filiale de SNC-Lavalin de participer à des appels d'offres liés de près ou de loin à l'institution.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.