NOUVELLES
13/04/2012 12:29 EDT | Actualisé 13/06/2012 05:12 EDT

Québec: des inconnus saccagent le bureau de la ministre de l'Education

Le bureau de la ministre québécoise de l'Education a été saccagé par une quinzaine d'inconnus vendredi matin, a annoncé la police de Montréal, sur fond de conflit entre les étudiants et le gouvernement libéral de la province sur la hausse des frais de scolarité.

Selon la police, une quinzaine d'individus ont pénétré dans l'immeuble du centre-ville vers 8h30 locales (12H30 GMT). Ils ont fracassé les vitres de la porte pour s'introduire dans le bureau de circonscription de la ministre de l'Education Line Beauchamp, où ils se sont livrés à un saccage.

La police indique qu'ils ont ensuite rejoint d'autres personnes qui les attendaient à l'extérieur.

En marge de cet incident, deux journalistes qui couvraient l'événement pour le quotidien montréalais La Presse, Martin Chamberland et Philippe Teisceira-Lessard, ont été interpellés puis relâchés. Eric Trottier, vice-président à l'information de La Presse, a qualifié ces interpellations d'"atteinte grave à la démocratie" dans un communiqué.

Six autres personnes, dont un mineur, ont été arrêtées dans la foulée du saccage du bureau de la ministre.

La presse locale avait révélé jeudi que les policiers enquêtaient actuellement sur trois cas de menaces contre les ministres de l'Éducation, Line Beauchamp, et de la Justice, Jean-Marc Fournier.

Un homme de 33 ans avait été arrêté pour avoir proféré des menaces de mort à l'endroit de Mme Beauchamp, en faisant référence au mouvement étudiant. Il avait été relâché sous promesse de comparaître.

Le mouvement de grève étudiant entamé à la mi-février cherche à faire revenir le gouvernement québécois du Premier ministre Jean Charest sur sa décision d'augmenter les droits de scolarité de 325 dollars par an pendant cinq ans à compter de l'automne, soit une hausse totale de 1.625 dollars (1.245 euros).

Les droits de scolarité dans la province francophone sont moins élevés qu'aux Etats-Unis et ailleurs au Canada, mais beaucoup plus coûteux que dans nombre de pays européens, selon les données de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

str/via/gde/ico