NOUVELLES
13/04/2012 11:10 EDT | Actualisé 13/06/2012 05:12 EDT

L'ONU réclame le retour du gouvernement civil en Guinée-Bissau

Les pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont "condamné fermement" vendredi le coup d'Etat militaire survenu en Guinée-Bissau et ont demandé le retour du "gouvernement légitime".

Dans une déclaration formelle adoptée vendredi, le Conseil demande aux militaires putschistes "d'assurer la sécurité du président intérimaire Raimundo Pereira et du Premier ministre Carlos Gomes" et exigent leur libération immédiate.

Ils "exigent le rétablissement immédiat de l'ordre constitutionnel et du gouvernement légitime" pour permettre aux élections de se tenir comme prévu.

Les 15 pays lancent un appel au calme "à toutes les parties prenantes" et indiquent qu'ils "continueront de suivre de près" la situation en Guinée-Bissau.

De son côté, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a "condamné avec la plus grande fermeté" le coup d'Etat et a appelé l'armée à "relâcher immédiatement et sans condition tous les personnes détenues".

Dans un communiqué, M. Ban "souligne la nécessité pour les forces armées et leur commandement de respecter l'autorité civile, l'ordre constitutionnel et l'état de droit et de prendre des mesures urgentes et immédiates pour le retour à l'ordre civil dans le pays".

Il appelle "le peuple de Guinée-Bissau à garder son calme et à s'abstenir de toute violence".

L'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice, dont le pays préside le Conseil en avril, avait auparavant déclaré que le Conseil avait "condamné l'action militaire (en Guinée-Bissau) et demandé instamment le rétablissement immédiat des autorités civiles".

Elle avait indiqué qu'on ne savait pas précisément pour l'instant où se trouvaient le président Pereira et M. Carlos Gomes Junior.

Ils ont été arrêtés jeudi soir par les militaires, qui quadrillaient vendredi Bissau.

avz/gde