NOUVELLES
13/04/2012 08:20 EDT | Actualisé 13/06/2012 05:12 EDT

Les Coyotes ont su dicter le tempo en route vers un gain de 3-2, jeudi

GLENDALE, États-Unis - Les Coyotes ont su appliquer de la pression aux bons moments, jeudi, à tout le moins assez souvent pour signer une victoire de 3-2 en prolongation, ce qui leur donne une avance de 1-0 dans leur série de premier tour contre Chicago.

La série pourrait bien être remportée par qui des Hawks ou de Phoenix saura dicter le tempo. Jeudi, les Coyotes ont fait fi de débuts hésitants devant leurs partisans, vêtus de blanc, pour marquer deux fois au deuxième vingt, après avoir vu les Hawks inscrire le premier but de la série au premier tiers.

Après que Chicago ait fait 2-2 avec 15 secondes à écouler en troisième période, les Coyotes ont forcé les Hawks à dégager souvent en prolongation, juste pour avoir un répit. Martin Hanzal a réglé le débat à 9:29, faisant dévier un tir d'Adrian Aucoin.

«La plupart des équipes mettent de la pression à cinq joueurs, pour se donner les meilleures chances de contrer les lignes de passes, a dit Aucoin. Comme défenseurs, vous ne voulez jamais créer de revirement dans votre propre zone, alors il faut dégager ou trouver assez d'espace pour sortir de la zone. Nous avons été tenaces pour les garder dans leur zone, et ça nous a permis de continuer à mettre de la pression.»

Les joueurs des Coyotes sont rarement hors position, ce qui complique la tâche des adversaires quand vient le temps de dégager. Les Hawks ont souvent perdu le disque au profit des Coyotes et ces derniers ont eu de bonnes chances de marquer, jeudi.

«C'est à ça que ça se résume: il faut garder la rondelle hors de notre zone et ne pas commettre de revirements», a dit le défenseur Duncan Keith, des Blackhawks.

Le deuxième match aura lieu samedi soir, encore une fois à Phoenix. Les Coyotes, champions de la section Pacifique, ont amorcé les séries avec le meilleur élan dans l'Ouest: ils ont remporté leurs cinq derniers matches en saison régulière, dont trois fois devant leurs partisans.