NOUVELLES
13/04/2012 02:26 EDT | Actualisé 13/06/2012 05:12 EDT

La croissance économique chinoise du 1er trimestre a été la plus lente en 3 ans

PÉKIN, Chine - La croissance économique chinoise a reculé à son plus faible niveau en près de trois ans au premier trimestre, mais les analystes s'attendent à ce qu'elle rebondisse dans les mois qui viennent.

La deuxième plus grande économie au monde a affiché une croissance de 8,1 pour cent pour les trois premiers mois de l'année, par rapport à une croissance de 8,9 pour cent au trimestre précédent, selon les données dévoilées vendredi.

Il s'agit de la plus faible expansion économique de la Chine depuis le deuxième trimestre de 2009, mais elle reste malgré tout supérieure à la cible de 7,5 pour cent que le gouvernement s'est fixée pour l'ensemble de l'année 2012.

La croissance économique chinoise recule constamment depuis 2010. La chute de la demande mondiale a nui aux exportations du pays et Pékin a resserré les conditions de prêts et d'investissements pour tenter d'éviter une surchauffe de l'économie et limiter l'inflation.

Une stagnation incontrôlable pourrait avoir des répercussions mondiales, nuisant à la demande pour le pétrole, pour les composants industriels et pour les biens de consommations alors que la croissance économique aux États-Unis et en Europe reste faible. Cela pourrait aussi alimenter les tensions politiques en Chine, le Parti communiste se préparant à une transition du pouvoir aux mains de plus jeunes leaders, une opération délicate qui ne se produit qu'une fois par décennie.

La Banque mondiale et des analystes du secteur privé s'attendent à ce que la Chine effectue un «atterrissage en douceur», avec un rebondissement de la croissance plus tard cette année. Mais d'autres s'inquiètent que le ralentissement ne soit trop prononcé et qu'il n'entraîne davantage de pertes d'emplois.

La Banque mondiale et le Fonds monétaire international misent sur une croissance de 8,2 pour cent en Chine cette année, ce qui est inférieur à la croissance explosive de 10,4 pour cent affichée en 2010 mais largement supérieur aux prévisions de croissance pour les États-Unis, le Japon et l'Europe, toutes inférieures à cinq pour cent.