NOUVELLES
13/04/2012 02:41 EDT | Actualisé 12/06/2012 05:12 EDT

Irak: le président de la commission électorale en détention jusqu'à dimanche

Le président de la commission électorale irakienne (IHEC) Faraj al-Haïdari, arrêté jeudi, sera maintenu en détention jusqu'à dimanche sur ordre d'un juge de l'organisme de lutte contre la corruption.

"Faraj al-Haïdari et Karim al-Tamimi (un autre membre de l'IHEC, NDLR) resteront en prison jusqu'à dimanche sur décision d'un juge de la Commission d'intégrité pour poursuivre l'enquête", a indiqué vendredi à l'AFP un membre de la commission électorale, qui a refusé d'être identifié.

Interrogé sur son lieu de détention, il a refusé de répondre.

Un autre membre de la commission électorale, le juge Qassem al-Abboudi, annoncé jeudi que MM. Haïdari et Tamimi avaient été arrêtés "pour avoir offert une prime de 150.000 dinars (130 dollars) à un employé, ce qui était pourtant dans ses prérogatives", avait-il affirmé, sans plus de précisions.

"Une enquête de la Commission d'intégrité est en cours au sein de la commission électorale pour des soupçons", s'est contentée de dire une porte-parole de l'IHEC.

Interrogé vendredi par l'AFP, le conseiller du Premier ministre, Ali Moussawi, s'est borné à dire: "Il s'agit d'une affaire judiciaire liée à la Commission d'intégrité et au pouvoir judiciaire".

A la tête de l'IHEC depuis avril 2007, M. Haïdari, un Kurde chiite de 64 ans, est la bête noire de la liste de l'Etat de droit, dirigée par Nouri al-Maliki, parce qu'il avait refusé lors des élections législatives de mars 2010 le nouveau décompte des voix dans tout le pays que réclamait le Premier ministre sortant.

La liste laïque d'Iraqiya d'Iyad Allawi était arrivée en tête avec 91 sièges, contre 89 à l'Etat de droit.

La formation de M. Maliki avait demandé l'audition au Parlement de M. Haïdari, puis le 30 juillet 2011 un vote de défiance pour corruption, mais sans succès à cause de l'opposition des autres partis.

sf-sk/feb