NOUVELLES
13/04/2012 05:36 EDT | Actualisé 13/06/2012 05:12 EDT

David Cameron favorable à la levée des sanctions contre la Birmanie

NAYPYITAW, Myanmar - À l'occasion d'une visite historique en Birmanie, le premier ministre britannique David Cameron a rencontré, vendredi, le président birman Thein Sein et l'opposante Aung San Suu Kyi.

M. Cameron s'est prononcé pour la suspension des sanctions économiques imposées à la Birmanie par l'Union européenne.

David Cameron s'est entretenu avec Thein Sein peu après son arrivée dans la capitale administrative, Naypyitaw. Il a ensuite rencontré la chef de file de l'opposition, Aung San Suu Kyi, récemment élue au Parlement après avoir été privée de liberté pendant des années par la junte.

Le nouveau gouvernement arrivé au pouvoir l'an dernier a engagé une série de réformes d'ouverture, libérant des prisonniers politiques et tentant de conclure des accords de cessez-le-feu avec les groupes rebelles.

Après ses entretiens, David Cameron a affirmé qu'il soutiendrait une levée des sanctions économiques de l'UE imposées à la Birmanie pour dénoncer la politique répressive de la junte militaire. Ces sanctions doivent être réexaminées le 23 avril prochain. Si l'UE décide de les lever provisoirement, cela pousserait sans doute les États-Unis à faire de même pour des raisons commerciales.

«Il y a des perspectives de changement en Birmanie et je crois juste que le monde réponde à ces changements», a-t-il déclaré à la presse, avec Aung San Suu Kyi à ses côtés. «Il est juste de suspendre les sanctions imposées à l'encontre de la Birmanie», a-t-il ajouté, en précisant que la suspension ne concernerait pas l'embargo sur les armes.

Les pays occidentaux ont évoqué la possibilité d'un allégement des sanctions si Thein Sein, un ancien général qui conserve des liens étroits avec l'armée, continue la politique de libéralisation du régime entamée depuis son arrivée au pouvoir il y a un an.