NOUVELLES
13/04/2012 06:39 EDT | Actualisé 13/06/2012 05:12 EDT

Blues: Hitchcock promet des changements pour le 2e match face aux Sharks

ST. LOUIS, États-Unis - Les Blues de St. Louis devront retrouver leur touche magique à domicile, et rapidement.

L'entraîneur-chef de l'équipe, Ken Hitchcock, fera de son mieux pour apporter les ajustements nécessaires en vue du deuxième match de la série de premier tour entre ses Blues et les Sharks de San Jose.

Les Blues ont compilé le meilleur dossier à domicile dans la Ligue nationale cette saison. Cependant, ils ont perdu leurs trois derniers matchs au Scottrade Center, incluant la défaite de 3-2 en deuxième période supplémentaire face aux Sharks, jeudi. Hitchcock a promis des changements, mais pas devant le filet, alors que Jaroslav Halak sera à nouveau à son poste.

«C'est à notre tour d'effectuer des ajustements», a dit Hitchcock après l'entraînement des Blues, vendredi. «À chaque fois que tu perds, tu ne veux pas rien changer et espérer un meilleur résultat.»

Hitchcock pourrait laisser de côté le défenseur Kent Huskins, qui a cafouillé à quelques occasions jeudi, au profit de Carlo Colaiacovo. Matt D'Agostini ou B.J. Crombeen pourrait aussi remplacer l'attaquant Chris Stewart, qui n'a pas généré grand-chose.

Le vétéran entraîneur a cependant refusé de divulguer ses plans.

«Nous n'allons pas nous contenter du fait que nous avons bien joué et perdu, a indiqué Hitchcock. Nous voulons plus.»

Le défenseur Kevin Shattenkirk a joué pendant plus de 33 minutes et a effectué 11 tirs au but, soit six de plus que n'importe quel autre joueur des deux équipes. Il a aussi accepté le blâme sur le jeu qui a mené au but gagnant de Martin Havlat, puisqu'il avait raté la sortie de zone.

«J'avais mon bâton sur la rondelle et c'est un jeu que tu ne peux pas rater, a expliqué Shattenkirk. C'est ce à quoi tienne ces matchs, des jeux comme celui-là. C'est la première fois que je goûte aux séries et je vois qu'une erreur peut vraiment faire mal.»

Du côté des Sharks, on entendait un peu le même discours alors que personne ne semblait pleinement satisfait du premier match.

«Nous savons qu'ils vont être meilleurs, nous savons qu'ils vont effectuer des changements, qu'ils vont apporter des ajustements et nous devons faire la même chose, a mentionné l'entraîneur-chef des Sharks, Todd McLellan. Si tu gagnes un match et que tu en perds deux, ça ne donne pas grand-chose.»

À l'inverse des Blues, qui se sont qualifiés facilement pour les éliminatoires, les Sharks ont remporté huit de leurs 10 derniers matchs. Même s'ils ont terminé la saison au septième rang de l'Association de l'Ouest, ils sont dans un environnement familier puisqu'ils ont atteint la finale de l'Ouest lors des deux dernières années. Les Blues n'ont pas gagné un match éliminatoire depuis 2004 et n'ont pas remporté de série depuis 2002.

Les Sharks semblent aussi avoir oublié que les Blues les ont balayé cette saison, les dominant 11-3 au chapitre des buts marqués en quatre rencontres. Ils ont aussi dû travailler très fort simplement pour se qualifier pour le bal printanier.

«Ce n'est pas important comment tu te qualifies, une fois que c'est fait, n'importe qui peut battre n'importe qui, a noté Havlat. Nous sommes confiants.»