NOUVELLES
13/04/2012 05:11 EDT | Actualisé 12/06/2012 05:12 EDT

Amstel Gold Race - La succession de Gilbert est ouverte

La succession de Philippe Gilbert s'ouvre dimanche dans l'Amstel Gold Race, premier volet des classiques ardennaises, en avant-goût du prochain Championnat du monde à Valkenburg aux Pays-Bas.

Un après le triplé réussi par Gilbert dans les trois courses ardennaises, puisque la classique néerlandaise est suivie dans la semaine de ses cousines belges, la Flèche Wallonne (mercredi) et Liège-Bastogne-Liège (le dimanche suivant), le peloton s'interroge sur le champion belge, encore à la recherche de sa meilleure forme, et se tourne plutôt vers les coureurs remarqués au Tour du Pays Basque la semaine passée.

Au sommet du Cauberg, la colline qui surplombe la petite cité touristique de Valkenburg, on attend en effet davantage Samuel Sanchez et Joaquin Rodriguez, les deux grimpeurs-puncheurs qui ont terminé aux deux premières places de la course basque (quatre étapes à eux deux).

Etrangement, le premier, champion olympique en titre, n'a jamais réussi dans le Limbourg néerlandais, bien que la montée d'arrivée (500 m à 9% avec un passage à 12%) semble taillée à ses mesures. Le second, en revanche, s'est approché du succès l'an passé, ne s'inclinant que face à Gilbert, alors irrésistible.

Pour signer le premier succès dans la "Gold Race", une course qui leur a toujours échappé lors des... 46 premières éditions, les Espagnols comptent aussi sur Alejandro Valverde. Au contraire des deux "Ardennaises belges", la classique des Pays-Bas a toujours échappé au Murcian (3e en 2008), qui s'est signalé dimanche en prenant la deuxième place de la Klasika Primavera dans le sillage de son coéquipier italien Giovanni Visconti.

Valverde, comme les autres candidats au titre mondial, pourra au moins prendre ses repères à Valkenburg. Le 23 septembre, la course arc-en-ciel escaladera elle aussi la colline où se presse la grande foule à chaque fois, à la différence près que la ligne d'arrivée sera placée quelques hectomètres plus loin par rapport à dimanche.

La perspective peut transcender quelques puncheurs répertoriés, tels l'Australien Simon Gerrans (3e l'an passé), vainqueur de Milan-Sanremo le mois dernier, l'Italien Damiano Cunego, lauréat de l'épreuve en 2008, ou encore le Slovaque Peter Sagan, s'il est remis de sa chute de mercredi dans la Flèche Brabançonne brillamment gagnée par le Français Thomas Voeckler, autre coureur attendu dimanche.

"Il faut bien recadrer les choses: j ai fait 10e sur Liège-Bastogne-Liège une seule fois, et je n'ai jamais fait de top 10 sur l'Amstel", s'est empressé de relativiser Voeckler. Mais son coup de force de la Flèche Brabançonne (échappée solitaire de 32 kilomètres) le place de facto parmi les hommes à suivre, encore plus que les frères luxembourgeois Andy et Frank Schleck ou les coureurs de l'équipe Omega Pharma (Chavanel, Terpstra), orphelins du Belge Tom Boonen qui a "coupé" après son succès dimanche dans Paris-Roubaix.

Mais, aux Pays-Bas, le public "orange" espère surtout une victoire de l'un des siens. D'un représentant de Rabobank surtout, qui n'a plus gagné cette course depuis 2001. Robert Gesink, Steven Kruijswijk et surtout Bauke Mollema (3e au Pays Basque) sont au pied du mur au départ des 256,5 kilomètres.

jm/gv