NOUVELLES
12/04/2012 09:22 EDT | Actualisé 12/06/2012 05:12 EDT

L'excédent commercial du Canada a fondu à 292 millions $ en février

OTTAWA - L'excédent commercial du Canada a fortement diminué en février en raison des exportations étonnamment faibles d'automobiles et d'énergie, deux piliers de la croissance économique au cours des derniers mois.

Statistique Canada a annoncé jeudi que l'excédent commercial avait chuté à 292 millions $, par rapport au total revu à la baisse de 1,9 milliard $ du mois de janvier, principalement en raison du recul de trois pour cent des exportations, qui se sont établies à 39,6 milliards $.

En matière de volume, le tableau n'est guère plus réjouissant, les exportations ayant reculé de 3,5 pour cent.

«Il s'agit de la deuxième baisse mensuelle consécutive du volume des exportations. L'impact des échanges commerciaux sur la croissance du PIB (produit intérieur brut) au premier trimestre est donc négatif», a affirmé Derek Holt, vice-président des questions économiques chez Scotia Capitaux.

Néanmoins, les analystes s'attendent à ce que les échanges commerciaux aient donné lieu à un résultat net positif lors des trois premiers mois de l'année en raison de la solide conclusion de 2011.

Les analystes prévoyaient une modeste croissance d'un peu moins de deux pour cent au premier trimestre, mais le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a récemment laissé entendre que cela pourrait être revu à la hausse la semaine prochaine, lorsque la banque centrale rendra public son rapport sur la politique monétaire.

La performance canadienne a été faible à plusieurs égards, en février.

Les importations ont progressé de 0,2 pour cent pour se chiffrer à 39,3 milliards $. Celles de machinerie et d'équipement ont cependant diminué de 2,1 pour cent.

Les analystes ont toutefois pris avec un grain de sel les données publiées par Statistique Canada, affirmant que la performance du mois de février avait résulté de circonstances inhabituelles peu susceptibles de se reproduire.

Peter Hall, économiste chez Exportation et Développement Canada, a dit ne pas être préoccupé par la baisse des exportations.

Les exportations de produits de l'automobile ont baissé de 11,9 pour cent pour s'établir à 5,4 milliards $, tandis que celles de produits énergétiques ont diminué de 6,9 pour cent, les exportations de pétrole brut ayant reculé de 6,4 pour cent.

«Je ne crois pas qu'il y ait vraiment matière à inquiétude, a indiqué M. Hall. L'hiver a été doux aux États-Unis et nous nous approchons de la saison de la conduite automobile. Le secteur de l'énergie va donc reprendre.»

Les exportations vers les États-Unis ont diminué de 3,8 pour cent pour s'établir à 29,3 milliards $ en février. La baisse des exportations de pétrole brut a été le principal facteur à l'origine de ce recul. L'excédent commercial du Canada avec les États-Unis a ainsi diminué, étant passé de 6,1 milliards $ en janvier à 4,8 milliards $ le mois suivant.

Les exportations vers les pays autres que les États-Unis ont reculé de quatre pour cent pour atteindre 10,3 milliards $. Les importations en provenance des pays autres que les États-Unis ont baissé de 0,2 pour cent pour s'établir à 14,9 milliards $. Par conséquent, le déficit commercial du Canada avec ces pays a augmenté, étant passé de 4,1 milliards $ en janvier à 4,5 milliards $ en février.