NOUVELLES
12/04/2012 07:48 EDT | Actualisé 12/06/2012 05:12 EDT

Le pétrole se stabilise à New York peu après l'ouverture

Les cours du pétrole se stabilisaient jeudi à New York peu après l'ouverture, tentant de poursuivre le rebond de la veille en dépit de la hausse inattendue des inscriptions au chômage aux Etats-Unis, premier consommateur mondial de brut.

Vers 13H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai avançait de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi, à 102,94 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les marchés sont très vulnérables, visiblement on a une semaine de mouvements baissiers, et les cours essaient tant bien que mal de se consolider", a observé Tom Bentz, analyste chez BNP Paribas.

Facteur baissier, les nouvelles inscriptions au chômage ont progressé pour la deuxième semaine de suite aux Etats-Unis après être tombées à leur niveau le plus faible en quatre ans. Elles ont progressé de 3,5% par rapport à la semaine précédente, à 380.000 demandes d'allocations de chômage déposées du 1er au 7 avril.

"Ces chiffres sont ressortis un peu moins bon qu'attendu, ce qui a entraîné un repli du marché" à l'ouverture, avant qu'il se reprenne, a noté M. Bentz, soulignant que "c'est la deuxième fois en deux semaines que les inscriptions repartent à la hausse".

"L'attention se porte à nouveau sur une économie américaine en demi-teinte", a remarqué Matt Smith, de Summit Energy (groupe Schneider Electric).

Pourtant, a-t-il noté, "on se rapproche de la réunion de ce week-end entre plusieurs représentants et l'Iran à propos du programme nucléaire" de Téhéran. Les représentants du forum des 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France et Allemagne) doivent rencontrer samedi à Istanbul les émissaires de la République islamique.

Ce dossier a particulièrement soutenu les cours ces derniers mois, certains analystes évaluant la prime liée au dossier nucléaire entre 10 et 15 dollars.

En outre, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a rasséréné quelque peu les opérateurs en maintenant jeudi inchangée, pour le deuxième mois consécutif, sa prévision de consommation mondiale de brut, tout en mettant en garde sur "les incertitudes géopolitiques demeurant" autour de l'Iran.

sab/sl/mdm