NOUVELLES
12/04/2012 09:10 EDT | Actualisé 12/06/2012 05:12 EDT

Impôts: les Américains ne veulent pas être pris pour des "gogos" (Biden)

Le vice-président des Etats-Unis Joe Biden a affirmé jeudi que les membres de la classe moyenne de son pays ne voulaient pas être pris pour des "gogos", en attaquant dans un Etat-clé le programme fiscal du candidat républicain à la présidentielle Mitt Romney.

Dans un discours prévu en milieu de journée et diffusé à l'avance par l'équipe de campagne démocrate, M. Biden est revenu à la charge sur un rééquilibrage de la fiscalité visant à imposer à un taux minimum de 30% les revenus supérieurs à un million de dollars.

Ce dispositif, baptisé "règle Buffett" du nom du multimilliardaire Warren Buffett qui la soutient, veut supprimer les niches fiscales permettant aux détenteurs de capitaux de bénéficier d'impôts réduits par rapport aux salariés, héritées en particulier de l'ancien président républicain George W. Bush.

Le président Barack Obama s'en est fait l'avocat cette semaine, à quelques jours de la date-butoir de déclaration des impôts.

"Les dés ne sont pas censés être pipés", a affirmé M. Biden dans ce discours prévu dans le New Hampshire, rare Etat du nord-est qui pourrait basculer aussi bien côté républicain que démocrate lors de la présidentielle du 6 novembre, et où M. Romney possède une résidence.

"Les Américains membres de la classe moyenne sont prêts à faire leur part. Mais ils ne veulent pas qu'on les prenne pour des gogos", a ajouté M. Biden, qui ne manque jamais de vanter ses origines modestes et est vu par l'équipe de campagne comme un atout pour convaincre l'électorat populaire blanc qui avait échappé aux démocrates en 2008.

"Donc, maintenant, un choix s'offre à nous. Regardez ce que le gouverneur Romney veut faire. Les cadeaux fiscaux de Bush pour les riches, ceux qui doivent expirer en décembre, il veut les prolonger", a rappelé M. Biden, selon qui "cela va coûter environ 1.000 milliards de dollars dans les dix prochaines années. Et 800 de ces milliards iront à des gens qui gagnent au minimum un million de dollars par an".

L'équipe Romney a mobilisé un ancien gouverneur républicain du New Hampshire, John Sununu, qui a affirmé que la visite de M. Biden au New Hampshire "nous donne une occasion très visible de parler des échecs de cette administration".

tq/rap