NOUVELLES
09/04/2012 05:46 EDT | Actualisé 09/06/2012 05:12 EDT

Crête de Vimy: le gouverneur général assiste à une cérémonie commémorative

AFP

VIMY, France - Les cérémonies commémoratives du 95e anniversaire de la Bataille de la crête de Vimy, un moment déterminant de l'histoire militaire du Canada, ont eu lieu lundi à Ottawa, mais aussi en France, en présence là-bas du gouverneur général, David Johnston, du ministre des Anciens Combattants, Steven Blaney, et de dignitaires canadiens et français.

Pendant la Première Guerre mondiale, les militaires canadiens ont pris d'assaut la crête de Vimy, dans le Pas-de-Calais, et l'ont repris des mains de l’armée allemande, mais au prix de près de 3600 morts.

Environ 5000 étudiants ont bravé la pluie et le mauvais temps lors d'une marche solennelle qui les a menés du Mémorial national canadien de Vimy à deux cimetières où sont enterrés des soldats canadiens tombés au combat lors de la Première Guerre.

Le gouverneur général a rappelé qu'il s'agissait du souvenir d'un conflit douloureux. «Un site qui rappelle d'horribles pertes de vies, un immense vaisseau de chagrin, un puits de courage, marqué par une puissance créatrice et une ferme volonté de la part d'hommes armés, au service de la paix.»

David Johnston est de ceux qui estiment que la Bataille de la crête de Vimy a joué un rôle clé dans la transformation du Canada de colonie à nation indépendante. Lors de cette bataille, le lundi de Pâques 1917, quatre divisions du «Corps canadien» ont combattu côte à côte pour la première fois de l'histoire.

Pour sa part, le ministre des Anciens Combattants, Steven Blaney, a souligné que ce pèlerinage à Vimy permettait aux Canadiens de comprendre le courage et les sacrifices de ceux qui ont combattu pour la liberté et la paix dans le monde. «En enseignant à la jeunesse le courage et la persévérance dont ont fait preuve les jeunes soldats canadiens lors de la bataille de Vimy, nous aidons à créer une nouvelle génération qui aidera à définir l'avenir de notre grand pays.»

Il a encouragé la jeunesse à faire connaître l'histoire des Canadiens qui se sont sacrifiés par l'entremise de Twitter, Facebook ou tout autre réseau social», a ajouté son attaché de presse, Jean-Christophe de le Rue.

M. Johnston a également visité lundi les champs de bataille, le Mémorial de Beaumont-Hamel, un site qui honore la mémoire des Terre-Neuviens ayant pris part à la Première Guerre mondiale, ainsi qu'Ypres, cette ville belge médiévale qui a joué un rôle important pour les Alliés durant la guerre de 1914-1918.

Aucun ancien combattant canadien de cette époque n'est encore en vie. Le dernier, John Babcock, a rendu l'âme en février 2010 à l'âge de 109 ans.

Le premier ministre Stephen Harper a lui aussi salué la Bataille comme un point tournant dans l'histoire politique canadienne.

«Les quatre divisions du Corps canadien ont pris bien plus qu’une colline ce jour-là. En effet, leur éclatante victoire a contribué à la définition d'une identité canadienne nouvelle et plus forte», a-t-il indiqué par voie de communiqué.

«La victoire de la Bataille de la crête de Vimy a été un grand jour pour le Canada, mais elle a été acquise à fort prix: 11 000 victimes, dont 3600 morts. Aujourd’hui, nous honorons les courageux Canadiens qui ont été blessés ou tués et saluons leur sacrifice», a poursuivi M. Harper.

À Ottawa, une cérémonie a eu lieu lundi au Monument commémoratif de guerre du Canada et à la Tombe du Soldat inconnu. Le chef d'état-major des Forces armées canadiennes, Walter Natynczyk, l'adjudant-chef Bob Cléroux et la secrétaire parlementaire du ministre des Anciens Combattants, Eve Adams, ont assisté au dépôt de couronnes.