NOUVELLES
07/04/2012 11:06 EDT | Actualisé 07/06/2012 05:12 EDT

Tunisie: la police disperse une manifestation de diplômés chômeurs

TUNISIA, Tunisia - La police tunisienne a fait usage de grenades lacrymogènes et de matraques pour disperser samedi quelques centaines de diplômés chômeurs qui tentaient de manifester sur l'avenue Habib-Bourguiba à Tunis en dépit d'une interdiction, a-t-on constaté sur place.

Venus des différentes régions de l'intérieur du pays à l'appel de l'Union des diplômés chômeurs, les jeunes s'étaient rassemblés devant le siège de la centrale syndicale UGTT, sur la place Mohamed-Ali, en scandant notamment "le droit au travail et à la dignité".

Le chômage des jeunes diplômés avait été l'un des moteurs de la "Révolution de jasmin" qui avait fait chuter le régime Ben Ali l'an passé. Fin 2011, le taux de chômage officiel était de près de 19%, avec celui des diplômés autour des 30,5%.

En dépit d'un cordon sécuritaire qui cernait les lieux, ils sont parvenus à s'introduire sur la grande artère de la capitale. A mi-chemin, ils se sont heurtés à la police anti-émeute qui a usé de grenades lacrymogènes et de matraques pour les repousser. L'affrontement a causé plusieurs blessés des deux côtés, dont certains ont été conduits à l'hôpital.

"Nous voulions manifester pacifiquement pour revendiquer notre droit légitime au travail, mais nous avons été violemment réprimés, des pratiques similaires à celles qui prévalaient du temps de (l'ancien président) Ben Ali", a dénoncé Hassène Talbi, l'un des manifestants, qui s'est dit "perplexe" de voir en revanche les autorités "laisser faire et ne pas réagir quand il s'agit de manifestations salafistes".

Assis à l'intérieur du siège de l'UGTT aux côtés d'autres blessés, ce professeur d'arabe âgé de 30 ans, venu de Kairouan (centre), a accusé des policiers de lui avoir asséné des coups sur les jambes et le dos à coup de bottes et de matraques. Plusieurs manifestants ont appelé à la démission du gouvernement, affichant leur volonté d'observer un sit-in continu jusqu'à la satisfaction de leurs revendications. AP

xbb/mw