NOUVELLES
07/04/2012 07:57 EDT | Actualisé 07/06/2012 05:12 EDT

"Soulagement" au Mali après l'accord entre la junte militaire et la Cédéao

Dans les rues de Bamako, de nombreux Maliens se sont déclarés soulagés samedi après l'accord signé la veille entre les pays d'Afrique de l'Ouest et la junte militaire qui prévoit le retour du pouvoir à des civils et la levée de l'embargo régional.

"Je pousse un ouf de soulagement. Nous, Nordistes, nous nous sentions suffoquer, mais dans la mesure où il y a eu cet accord, nous soufflons, en espérant que cela puisse être le prélude à une solution à la crise que vivent les populations dans le Nord", a déclaré à l'AFP Ahmed Elkori, originaire de Tombouctou;

Il a regretté "la situation catastrophique" dans les régions de Tombouctou, Kidal et Gao (nord-est), tombées en fin de semaine dernière entre les mains de rebelles touareg et de groupes islamistes armés qui veulent imposer la charia dans les zones sous leur contrôle.

Le soulagement était également général au marché Dabanani, dans le centre-ville.

Certains commerçants et clients ont salué le geste de la junte dirigée par le capitaine Amadou Sanogo, qui a renversé le 22 mars le régime du président Amadou Toumani Touré dit ATT en l'accusant d'incompétence dans la gestion de la crise dans le Nord.

"Je suis très, très content de l'accord, et je félicite notre capitaine de l'engagement pris" au moment où "le Mali est en deuil, où le Mali a mal dans son âme", a dit Abdoul Aziz Touré, un jeune homme.

"Le capitaine, il a fait son travail, on le remercie. Il a accepté qu'on enlève l'embargo, c'est déjà l'essentiel. Mais que le peuple malien soit serein, la lutte ne fait que commencer", a affirmé un autre jeune.

Depuis que la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a appliqué ses sanctions économiques et financières contre le Mali, le 2 avril, pour obliger les putschistes à rétablir l'ordre constitutionnel, c'était "une monotonie totale" pour les affaires, "nous sommes quand même très contents de la levée de l'embargo pour le Mali aujourd'hui", s'est exclamé Nankoma Traoré, commerçant.

"L'essentiel, c'est qu'aujourd'hui le Mali s'est retrouvé (...) pour une solution avec l'aide de tous les pays voisins". "C'est ça que nous voulons saluer aujourd'hui dans toute cette histoire", a-t-il dit.

hgm-cs/jlb