NOUVELLES
07/04/2012 03:13 EDT | Actualisé 06/06/2012 05:12 EDT

Malawi: "la Constitution prévaut", pour la vice-présidente Banda

La vice-présidente Joyce Banda a déclaré samedi que "la Constitution prévaut" au Malawi, confirmant sans le dire directement qu'elle prenait la succession du président Bingu wa Mutharika, dont les autorités venaient d'annoncer la mort.

"Je ne pense pas que nous puissions discuter de quelque façon que ce soit qui est en charge (président) et qui ne l'est pas", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse. "La Constitution prévaut, maintenant."

La loi fondamentale malawite prévoit que le vice-président prenne la succession au cas où le président serait empêché ou décédé. Le pouvoir doit donc lui revenir, quand bien même elle est passée à l'opposition.

Mme Banda a agi comme si elle était déjà présidente, convoquant un conseil des ministres. Le chef de l'armée et de la police nationale, le ministre de la Justice, et plusieurs ministres et parlementaires étaient présents.

"La question primordiale qui doit être discutée lors du conseil des ministres est celle des funérailles du père de la Nation", a indiqué M. Banda.

"En attendant, j'invite tous les Malawites à rester calmes et pacifiques pendant cette période de deuil" national qui doit durer dix jours, a-t-elle ajouté.

Le gouvernement a annoncé la mort du président Bingu wa Mutharika samedi matin, plus de 24 heures après son décès,

Des sources proches du pouvoir avaient indiqué à l'AFP que les dirigeants du Parti démocrate progressiste (DDP), le parti gouvernemental, cherchaient à écarter Mme Banda, ce qui expliquerait le long silence du pouvoir.

Joyce Banda, une énergique féministe, est passée dans l'opposition après avoir été exclue du DDP fin 2010 pour s'être opposée à la volonté du président de voir son frère Peter Mutharika lui succéder.

fm-gs/liu/cpy