NOUVELLES
07/04/2012 03:40 EDT | Actualisé 07/06/2012 05:12 EDT

Le gouverneur général David Johnston est à Vimy pour commémorer la bataille

OTTAWA - Quand le gouverneur général du Canada, David Johnston, parle d'histoire, ses yeux s'illuminent, son visage s'anime et le professeur qui sommeille en lui refait naturellement surface.

Le passionné d'histoire sera en France lundi afin de participer aux cérémonies commémoratives de la bataille de la crête de Vimy, un moment déterminant de l'histoire militaire du Canada.

M. Johnston visitera les champs de bataille, le Mémorial de Beaumont-Hamel, un site qui commémore les Terre-Neuviens qui ont pris part à la Première Guerre mondiale, ainsi qu'Ypres, cette ville belge médiévale qui a joué un rôle important pour les Alliés durant la guerre de 1914-1918.

Le gouverneur général a dit avoir particulièrement hâte de rencontrer les quelque 5000 jeunes Canadiens qui sont attendus aux cérémonies de Vimy.

De nombreux débats entourent la signification de la bataille de Vimy. M. Johnston est de ceux qui estiment que celle-ci a joué un rôle clé dans la transformation du Canada de colonie à nation indépendante.

Dans une entrevue réalisée à Rideau Hall, il a d'ailleurs déclaré considérer que «Vimy est remarquable».

«Nous pourrions dire que la bataille représente la naissance d'une nation», a-t-il ajouté.

Lors de la bataille, quatre divisions canadiennes qui constituaient le corps d’armée ont combattu côte à côte pour la première fois de l’histoire sous les commandes du général Sir Arthur Currie. Son chef, le général britannique Sir Julian Byng, est ensuite devenu Lord Byng de Vimy avant d'occuper le poste de gouverneur général du Canada de 1921 à 1926.

M. Johnston est bien conscient que M. Byng s'est peut-être assis au même endroit que lui, dans la même pièce, en regardant à travers les mêmes fenêtres.

«Byng vouait un grand respect aux Canadiens», a déclaré le gouverneur général.

Il a également expliqué que les Canadiens avaient contribué à la bataille de Vimy en apportant de nouvelles idées. Pendant le conflit, l'armée allemande a subi les attaques répétées des Français et des Britanniques, qui y ont perdu 100 000 soldats. Finalement, les Canadiens ont pris la crête d'assaut et l'ont enlevée au prix de 3500 soldats.