NOUVELLES
22/03/2012 02:40 EDT | Actualisé 22/05/2012 05:12 EDT

Loi sur les pêches: des scientifiques opposés aux changements attendus

TORONTO - Des centaines d'éminents scientifiques ont exhorté le premier ministre Stephen Harper à ne pas réduire les mesures de sauvegarde pour les habitats des poissons, une décision qui, selon eux, mettrait en péril la vie de certaines espèces, en plus de nuire à la réputation du Canada.

Dans une lettre envoyée jeudi à M. Harper, ces 625 scientifiques se disent inquiets de voir le gouvernement canadien modifier ces mesures de sauvegarde prévues dans la Loi sur les pêches, afin de favoriser le développement à grande échelle.

Incitant Ottawa à abandonner cette initiative, ils ont qualifié les changements de «mal avisés» parce qu'ils compromettraient d'importants stocks de poissons, mais aussi les lacs, estuaires et rivières qui les abritent.

On s'attend à ce que le budget fédéral déposé la semaine prochaine contienne des mesures de restrictions qui se traduiront par une simplification des processus d'évaluation environnementale. Ces mesures refléteront aussi le désir du gouvernement conservateur d'abolir les obstacles au développement économique.

Une ébauche qui a fait l'objet d'une fuite la semaine dernière indique qu'Ottawa souhaite ainsi éliminer de la Loi sur les pêches les dispositions sur les habitats.

Cette proposition alimente des craintes quant à la diminution du pouvoir de surveillance du gouvernement fédéral face au développement industriel.

«Si cette ébauche se rapproche un tant soit peu de ce que le gouvernement va annoncer, des scientifiques chevronnés se joindront aux manifestations des groupes environnementaux et des Autochtones», a affirmé David Schindler, professeur d'écologie à l'université de l'Alberta.

La destruction des habitats est la cause la plus fréquente du déclin des espèces. Les scientifiques estiment que la Loi sur les pêches est essentielle pour protéger les poissons et l'industrie.

La Société canadienne d'écologie et d'évolution, qui regroupe plus de 1000 écologistes et biologistes à travers le pays, s'est également opposée, lundi dernier, à l'idée d'abroger des dispositions de la Loi sur les pêches.