NOUVELLES
22/03/2012 04:24 EDT | Actualisé 22/05/2012 05:12 EDT

L'économie canadienne donne des signes de vie, mais des défis demeurent

OTTAWA - L'économie canadienne a donné des signes de vie, jeudi, alors que différents rapports faisaient état d'une hausse de la confiance des consommateurs et des ventes au détail au cours des derniers mois. Des économistes ont toutefois prévenu que des défis demeuraient à surmonter.

Benjamin Reitzes, économiste principal chez RBC Marchés des capitaux, a estimé qu'il reviendrait à l'économie américaine, qui s'améliore, de traîner dans son sillage celle du Canada cette année, la demande nationale demeurant faible.

«Il est difficile de voir où nous allons obtenir une croissance significative au Canada», a déclaré M. Reitzes.

«Les moteurs de la croissance vont devoir être externes», a-t-il ajouté.

Le consommateur canadien est pratiquement à sec, alors que le niveau d'endettement des ménages est élevé et que la croissance de l'emploi a été au ralenti.

En outre, les gouvernements à la grandeur du Canada sont en mode de restrictions budgétaires, cherchant à réduire des déficits qui ont pris de l'ampleur durant la dernière période de ralentissement économique.

«La croissance américaine est la clé, et la croissance économique américaine va être alimentée par la croissance de l'emploi», a affirmé M. Reitzes.

Les ventes au détail et la confiance des consommateurs sont en hausse, selon des rapports distincts rendus publics jeudi, mais les données camouflent des signes de faiblesse.

Les ventes au détail ont augmenté de 0,5 pour cent pour se chiffrer à 38,9 milliards $ en janvier, soit une cinquième hausse en six mois, a indiqué Statistique Canada. Abstraction faite des ventes de véhicules automobiles et de leurs pièces, les ventes au détail ont cependant diminué de 0,5 pour cent, a précisé l'agence fédérale.

De son côté, le Conference Board du Canada a fait savoir que la confiance des consommateurs avait continué de s'améliorer en mars, ce qui représente une troisième hausse mensuelle consécutive.

L'indice de confiance des consommateurs a avancé de 4,3 points, à 79,5.

Le groupe de recherche a toutefois prévenu que la confiance des ménages demeurait fragile, la hausse décelée en mars ayant découlé d'un seul facteur — l'attitude des consommateurs face aux achats d'envergure.

Quatre des cinq régions du pays ont été le théâtre d'une amélioration de la confiance des consommateurs. Le Québec est la seule à avoir connu un recul, en raison de craintes associées aux finances et à la création d'emplois.

Vendredi, Statistique Canada doit dévoiler ses plus récentes données sur l'inflation. Les économistes s'attendent en moyenne à ce que les prix aient augmenté de 2,7 pour cent en février, et à une inflation de base en hausse de 2,2 pour cent.

M. Reitzes a observé que les données sur les ventes au détail en janvier, combinées à d'autres faibles données sur le commerce de gros et la fabrication, laissaient penser que l'économie ait pu se contracter légèrement au début de l'année. Il a estimé que l'économie a reculé de 0,1 pour cent ou n'a tout simplement enregistré aucune croissance.