NOUVELLES
22/03/2012 04:54 EDT | Actualisé 21/05/2012 05:12 EDT

Florence Cassez reste en prison

MEXICO, Mexico - La Cour suprême mexicaine a refusé la libération de Florence Cassez, détenue depuis plus de six ans au Mexique, après avoir été condamnée à 60 ans de prison dans une affaire d'enlèvement.

Les juges ont décidé à trois voix contre deux que la Française devait rester derrière les barreaux, mais quatre magistrats ont reconnu que ses droits n'avaient pas été respectés et que son cas devait être révisé.

Un nouveau juge devra maintenant présenter une proposition sur les effets possibles de ces violations sur le dossier. Sa proposition sera ensuite soumise à un comité de cinq juges

"La France prend acte des délibérations de la Cour Suprême du Mexique" et regrette "vivement qu'elles aient pour effet de maintenir Florence Cassez en prison après plus de six années de détention et d'épreuves", souligne le ministère français des Affaires étrangères.

"Au cours des délibérations, les juges de la première chambre de la Cour ont très largement mis en lumière les graves irrégularités, qui ont vicié cette affaire depuis le début et les violations des droits fondamentaux de notre compatriote. Nous espérons vivement que la Cour Suprême saura très prochainement rétablir la vérité et rendre sa liberté à Florence Cassez", conclut le Quai d'Orsay dans un communiqué.

Florence Cassez a été arrêtée en 2005 et a été reconnue coupable d'avoir participé à un réseau d'enlèvements, dirigé par son ancien petit ami, qui enfermait les victimes dans une propriété où la jeune femme vivait, dans la banlieue de Mexico. Elle a nié toute implication dans le réseau et a affirmé qu'elle ne savait pas que des otages étaient détenus dans la maison.

L'emprisonnement de la jeune femme reste un sujet de tension entre la France et le Mexique. La police mexicaine a admis avoir organisé un raid télévisé lors de son arrestation, dans lequel les policiers semblaient libérer des otages dans un ranch. Le procureur général a ensuite reconnu que Florence Cassez avait été arrêtée la veille à l'extérieur du ranch.

La police l'a ramenée dans le ranch et l'a forcée à participer à une mise en scène pour les caméras de télévision, une démonstration médiatique qui n'est pas inhabituelle au Mexique.

"C'est une grande étape que le système judiciaire reconnaisse que le cas n'a pas été juste et qu'il y a eu de très graves violations", a dit l'avocat de Mme Cassez, Me Augustin Acosta.

Le père de Florence Cassez a jugé que cette décision était une "grande déception". AP

ljg/v105/com