NOUVELLES
21/03/2012 12:11 EDT | Actualisé 21/05/2012 05:12 EDT

Le gouvernement ivoirien n'a pas ordonné aux forces de sécurité de tuer

ABIDJAN, Côte d’Ivoire - Un responsable des Nations unies a estimé mercredi que les forces de sécurité ivoiriennes accusées de meurtres, d'arrestations arbitraires et d'autres violations des droits de la personne agissaient seules, et non sur ordre du gouvernement.

Doudou Diène, expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l'homme en Côte d'Ivoire, souligne dans un rapport diffusé mercredi que la plupart des violations commises dans le pays résultent de la lenteur des réformes en matière de sécurité et de l'échec du gouvernement à empêcher de tels actes.

Ce rapport de l'ONU a été rédigé sur la base de deux visites effectuées en Côte d'Ivoire en novembre et décembre 2011.

Le gouvernement ivoirien a toujours du mal à imposer ses ordres après les mois de violences politiques qui ont secoué le pays au début de l'année dernière.

La Côte d'Ivoire a plongé dans un cycle de violences pendant plusieurs mois après le refus de Laurent Gbagbo de céder les rênes du pouvoir à son adversaire, dont la victoire à l'élection présidentielle de novembre 2010 a été reconnue par la communauté internationale. Alassane Ouattara n'a pris le pouvoir qu'en avril dernier et a prêté serment en mai.