NOUVELLES
21/03/2012 12:20 EDT | Actualisé 21/05/2012 05:12 EDT

Le nouvel archevêque de Montréal s'inscrit dans la mouvance conservatrice

Diocese

MONTRÉAL - Le nouvel archevêque de Montréal, Christian Lépine, a rencontré les médias, mercredi, en compagnie de celui dont il prend la relève, le cardinal Jean-Claude Turcotte, qui prend sa retraite à l'âge de 75 ans.

D'entrée de jeu, il est apparu que ce changement de garde se traduira par un changement de style et un alignement plus clair sur la doctrine conservatrice avancée par le pape Benoît XVI.

Contrairement à l'approche populiste du cardinal Turcotte, Mgr Lépine est davantage axé sur l'approche intellectuelle et la théologie. Il se définit lui-même comme un apôtre de la chasteté et de la virginité avant le mariage.

D'une prudence extrême, il a toutefois évité les déclarations à l'emporte-pièce lors de sa conférence de presse, se référant constamment aux enseignements de Jésus-Christ par la voie de l'Évangile, en se réclamant du coup de l'approche de son prédécesseur.

«Quand les problèmes sont complexes et qu'on ne sait plus trop à quelle priorité accorder le plus d'attention, allez à l'essentiel, a dit l'archevêque. Et l'essentiel qu'il (le cardinal Turcotte) nous communiquait par le fait même dans le même souffle, c'est Jésus Christ, c'est de connaître Jésus Christ, c'est de découvrir Jésus Christ, c'est de vivre la vie de Jésus Christ.»

Il dit baser sa démarche sur le respect de la personne et privilégier le dialogue plutôt que la confrontation, dialogue qu'il cherche à initier par l'écoute.

«Quand quelqu'un a une valeur ou une opinion, que ce soit en faveur de l'avortement ou de l'euthanasie, ce à quoi je ne suis pas prêt à me rallier si on veut, j'ai besoin de savoir pourquoi quelqu'un en est venu à penser comme ça. Parce que je ne peux pas vraiment lui parler encore si je ne sais pas ce qui a amené quelqu'un à être en faveur d'une certaine optique», a-t-il expliqué.

Sa philosophie conservatrice ne fait toutefois aucun doute. Par exemple, il n'est pas en faveur de permettre la communion à des personnes divorcées si elles se trouvent dans un nouveau couple.

«Si elles sont divorcées sans être engagées dans une autre relation, elles sont prêtes à communier parce qu'elles sont dans la fidélité à leur mariage. Si elles ont repris une autre relation — ça peut être compréhensible — l'idée c'est de dire à quelqu'un: je t'invite à prier mais je ne pense pas que tu sois prête à communier.»

Pour sa part, le cardinal Turcotte n'a pas caché son soulagement de céder des responsabilités qui commençaient à lui peser en raison de son âge et de son état de santé. Il a assuré son successeur de son soutien tout en lui promettant de ne pas se transformer en gérant d'estrade.

«J'ai besoin de réfléchir davantage, de prier davantage, et puis de rendre des services selon mes capacités, a indiqué le nouveau retraité. Bien sûr que je ne jouerai pas à la belle-mère! La belle-mère comme le font certaines (organisations) syndicales ou politiques, je n'ai aucune intention de jouer de ce côté-là. Je vais mettre la pédale douce du côté des médias.»

Mgr Turcotte a fait part de son intention de prendre le temps de se recueillir, de se reposer, et de faire un certain rattrapage sur les séries télévisées qu'il avait aimées sans avoir le temps de les regarder.

Invité à faire le bilan de ses 22 années à la tête de l'archidiocèse de Montréal, le cardinal Turcotte s'est dit fier d'avoir vu naître un militantisme solide au sein de sa congrégation dans une société où la religion catholique était en déclin.

«Ce dont je suis fier c'est qu'aujourd'hui, il y a peut-être moins de monde mais on a des gens convaincus. Il y a eu un changement global. À l'époque, quelqu'un qui n'allait pas à la messe était montré du doigt par les autres. Aujourd'hui c'est quand tu vas à la messe que t'es montré du doigt. Pour moi, ce n'est pas si mauvais que ça.»

Pour sa part, Mgr Lépine s'est dit tout à fait à l'aise à oeuvrer dans une société laïcisée, en autant que l'on ne dépasse pas les bornes.

«Quand une religion est une religion d'État, il n'y a plus de liberté de religion. Le fait qu'il y ait une distinction entre l'État et l'Église, qu'il y ait une distinction entre la sécularité et la religion ou la foi, je pense que c'est une bonne chose (en ce sens que) ça donne une liberté à la religion. Par contre, si la sécularité devient la fermeture de la religion, si la sécularité devient le refoulement du religieux, là je trouve qu'on est revenu à la case départ», a-t-il dit.