NOUVELLES
19/03/2012 03:16 EDT | Actualisé 19/05/2012 05:12 EDT

Zimbabwe: six militants ont été reconnus coupables de complot

HARARE, Zimbabwe - Un tribunal du Zimbabwe a reconnu six militants démocratiques coupables de complot, lundi, pour avoir participé à une assemblée pendant laquelle ont notamment été présentées des images du soulèvement populaire qui a mené à la chute du président égyptien Hosni Moubarak.

Le juge Kudawashe Jarabini imposera leur peine à Munyaradzi Gwisai, un ancien parlementaire de l'opposition, et aux cinq autres accusés mardi. Ils sont passibles d'une peine de 10 ans d'emprisonnement.

Les accusations originales de trahison, qui auraient pu leur valoir une condamnation à mort, avaient été abandonnées après des mois de manoeuvres judiciaires. Le groupe avait été arrêté l'an dernier pour avoir organisé une rencontre qui, selon lui, était une présentation académique sur les droits démocratiques.

Le juge Jarabini a déclaré lundi que si la présentation de la vidéo n'était pas un crime en elle-même, l'organisation et la motivation derrière la rencontre de février 2011 témoignaient d'une intention néfaste. La présentation d'images des soulèvement de Tunisie et d'Égypte, a-t-il ajouté, visait à alimenter l'animosité à l'endroit du gouvernement zimbabwéen.

M. Gwisai est le leader d'une organisation socialiste au Zimbabwe. Il a déclaré aux journalistes que ce verdict ne le surprend pas et promis qu'il ne se laissera ni décourager, ni intimider, même si ses collègues et lui affirment avoir été battus et torturés par la police.

L'an dernier, au moment d'accorder leur remise en liberté sous caution à M. Gwisai et aux autres, un juge avait estimé que les preuves contre eux étaient très minces et rappelé qu'elles découlaient du témoignage d'un seul individu, un policier en civil qui aurait assisté à la rencontre.