NOUVELLES
19/03/2012 06:15 EDT | Actualisé 19/05/2012 05:12 EDT

Un homme fait feu devant une école juive de Toulouse: quatre morts

TOULOUSE, France - Quatre personnes ont été tuées et une autre grièvement blessée par un homme qui a ouvert le feu lundi matin devant une école juive de Toulouse (Haute-Garonne), a-t-on appris de source judiciaire. Le tireur a pris la fuite sur un scooter, ce qui rappelle le mode opératoire du tueur de militaires qui sévit depuis une semaine dans la région.

La fusillade a eu lieu vers 8h10 devant le lycée Ozar Hatorah, situé dans le quartier résidentiel de la Roseraie, dans le nord-est de Toulouse.

Un homme de 30 ans et ses deux fils âgés de trois et six ans sont morts, ainsi qu'un autre enfant âgé de 8 à 10 ans, a déclaré le procureur de la République de Toulouse Michel Valet. Un adolescent de 17 ans est grièvement blessé, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

C'est un "drame abominable", a réagi le président Nicolas Sarkozy, qui se rend à Toulouse accompagné du président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Richard Prasquier, et du ministre de l'Education nationale Luc Chatel.

"Il y a quelques similitudes" avec les meurtres de Montauban, a commenté le chef de l'Etat, "mais seules la police et la justice nous diront les conséquences qu'il y a à en tirer".

"Il y a des similitudes, notamment le mode opératoire", a remarqué Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, sur BFM TV: "une personne qui arrive, qui fait preuve d'a priori beaucoup de sang-froid, qui repart à bord d'un scooter de grosse cylindrée".

"Il y a forcément une surveillance qui est renforcée pour justement sécuriser les lieux d'enseignement israélite dans la région toulousaine", a ajouté le porte-parole de la place Beauvau.

"Tous les moyens de police et de gendarmerie ont été mobilisés pour tourner dans Toulouse, et établir un périmètre de sécurité autour des écoles de confession israélite dans toute la Haute-Garonne", a précisé la préfecture. "Les écoles israélites ont été barriérées pour empêcher le stationnement" et des moyens extérieurs étaient attendus.

Cette fusillade survient quatre jours après l'agression de trois parachutistes à Montauban, pris pour cible par un tireur casqué. Deux d'entre eux sont morts, un troisième a été blessé. Il y a une semaine à Toulouse, un autre soldat avait été abattu d'une balle dans la tête.

"C'est un choc effroyable pour la communauté juive", a réagi Franck Khalifa, ancien professeur d'histoire-géographie et d'économie dans le lycée Ozar Hatorah. "Toulouse est réputée comme une ville plutôt calme, on ne pensait pas que cela pouvait arriver dans un lycée juif, il y a une sécurité-caméra, mais finalement on s'aperçoit qu'il faut redoubler de vigilance".

Les parents vont aller récupérer leurs enfants, actuellement rassemblés dans le réfectoire. Il y aurait entre 180 et 200 élèves dans cet établissement, selon un parent d'élève. Cette école a été ouverte en 1983 et elle est installée depuis le début des années 2000 dans le quartier de la Roseraie.