NOUVELLES
19/03/2012 10:38 EDT | Actualisé 19/05/2012 05:12 EDT

Fusillade dans une école à Toulouse: les victimes seront enterrées en Israël

JÉRUSALEM - Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé lundi soir que les corps des quatre victimes de la fusillade survenue dans la matinée dans une école juive de Toulouse seront emmenés dans l'État hébreu pour y être enterrés.

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, a précisé que son pays honorait ainsi une requête des familles des personnes tuées et que les corps seraient acheminés par avion en Israël dès que possible.

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a évoqué également à Jérusalem la fusillade de Toulouse, dénonçant des «meurtres méprisables».

M. Nétanyahou a fait un lien entre cette fusillade meurtrière et la visite d'un parlementaire du Hamas, Ismaïl Achkar, au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, en Suisse.

«Je n'ai pas entendu pour l'instant de condamnations de l'ONU sur ces meurtres méprisables. Mais ce que j'entends, c'est que le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU reçoit un haut responsable du Hamas qui représente une organisation qui tue sans distinction des hommes, des femmes et des enfants innocents», a affirmé M. Nétanyahou.

«Un de leurs principaux objectifs, c'est de tuer des juifs. Alors quand le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU reçoit un membre d'un groupe qui essaye quotidiennement et sans distinction de tuer des enfants le jour où des enfants sont tués dans une école en France, j'ai une chose à dire au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU: vous n'avez rien à voir avec les droits de l'Homme, vous devriez avoir honte», a-t-il ajouté.

De son côté, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, a déclaré à l'Associated Press que l'État hébreu faisait confiance aux «autorités françaises pour faire toute la lumière sur ce crime et pour faire traduire ses auteurs devant la justice».

Danny Yatom, ancien chef du Mossad, a affirmé pour sa part que la fusillade de Toulouse entrait dans le cadre d'une «vague de terreur» dirigée contre les juifs et les Israéliens sur la planète.

Il a précisé sur Radio Israël qu'il croyait que l'Iran ou le Hezbollah étaient probablement derrière cette attaque, mais il n'a pas donné de précisions. D'après lui, les agresseurs préfèrent viser des civils juifs parce qu'ils sont plus faciles à frapper que des Israéliens.