NOUVELLES
17/03/2012 11:40 EDT | Actualisé 17/05/2012 05:12 EDT

Grève étudiante : un marathon musical pour dénoncer la hausse

Radio-Canada.ca

(Radio-Canada.ca)

Les étudiants ont prévu plusieurs actions aujourd'hui pour dénoncer la hausse des droits de scolarité, dont un « marathon musical » de plus de 24 heures, qui se déroule depuis vendredi soir à Montréal.

À l'église St-John the Evangelist, dans le centre-ville de Montréal, des étudiants en musique ont participé au marathon de vendredi soir jusqu'à 11 h samedi.

La seconde partie du marathon en appui aux étudiants se déroule samedi soir dans la salle de spectacle L'Astral, où des dizaines d'artistes, dont les Zapartistes, se succéderont sur scène jusqu'à minuit.

Au total, plus de 175 musiciens de la relève doivent se produire sur scène dans le cadre du marathon organisé par le Mouvement de mobilisation des étudiants en musique (MMEM).

Les étudiants en musique estiment qu'un diplôme en art « ne garantit aucunement un emploi lucratif » et que la hausse des droits de scolarité et son impact sur l'accessibilité aux études causeront aussi « un appauvrissement culturel ».

D'autres actions samedi

Samedi midi, l'Îlot Voyageur est « symboliquement inauguré ». Le controversé projet de construction de l'Université du Québec à Montréal, qui a coûté des centaines de millions de dollars en fonds publics, est toujours inachevé.

La Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) annonce par ailleurs « ses propositions budgétaires et ses alternatives » à la hausse des frais de scolarité, lors d'un point de presse, à Québec.

Dimanche, les étudiants comptent défiler en famille dans plusieurs villes du Québec. La mobilisation atteindra son point culminant jeudi prochain, journée de manifestation nationale.

À ce jour, plus de 200 000 étudiants participent au mouvement de contestation.

À l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), la grève générale a été rejetée vendredi par une mince majorité. Quelque 650 des 5000 étudiants de l'UQAC demeurent cependant en grève.