Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Prix de l'essence: le PQ talonne le gouvernement et l'accuse de laxisme

MONTRÉAL - Le Parti québécois a talonné le gouvernement libéral sur la hausse des prix de l'essence, mardi, alors que le prix à la pompe a fait un bond de 14 cents à Montréal en 24 heures.

Lors de la période des questions à l'Assemblée nationale, le porte-parole du PQ en matière d'énergie, Bernard Drainville, a pressé le gouvernement d'avancer des solutions pour réduire les coûts pour les automobilistes québécois.

Le ministre des Ressources naturelles, Clément Gignac, a rétorqué que son rival devait vivre sur une «île isolée» pour ne pas comprendre l'impact des tensions géopolitiques au Moyen-Orient sur les prix de l'essence.

M. Drainville a martelé que le prix à la pompe explose, alors que le prix du brut recule. Le ministre a plutôt fait valoir un «délai de transition», qui fait en sorte qu'il faut un certain temps pour que le prix du brut se reflète dans le prix à la pompe.

À New York, le prix du brut pour livraison en avril était mardi à 106,55 $ US, en baisse de 2,01 $ US. Mais le pétrole Brent, à Londres, utilisé par bon nombre de raffineries dans l'est du continent américain, s'est transigé fortement en hausse, s'établissant à 121,55 $ US le baril.

«Alors que le prix du brut était en baisse lundi à New York et à Londres, le prix à la pompe dans le grand Montréal explosait. Quelles sont les solutions que le ministre va apporter? Est-ce qu'il va faire quelque chose», a lancé le député du PQ.

M. Drainville a fait valoir que «même le CAA-Québec dit que les Québécois paient trop cher».

CAA-Québec faisait état au début du mois d'une hausse moyenne de 20 pour cent du prix d'un litre d'essence à la pompe à Montréal, à Québec et à Sherbrooke en 2011 comparativement à 2010. L'organisation mentionnait aussi une augmentation de la marge au détail moyenne au Québec — qui se chiffrait à 5,8 cents pour chaque litre d'essence vendu dans la région de Montréal, soit 16 pour cent de plus que l’an dernier.

Le prix à la pompe à Montréal était mardi de 1,44 $ le litre en moyenne, comparativement à 1,30 $ la veille, selon le site Internet Gasbuddy.com. Par comparaison, la moyenne canadienne a seulement crû d'un cent, à 1,28 $.

À Québec, les prix sont restés stables à un peu plus de 1,34 $ le litre, selon Gasbuddy. Dans l'ensemble de la province, la moyenne était de 1,40 $ le litre, en hausse de près de neuf cents par rapport à la veille.

«Est-ce que le député du PQ est sur une petite île du Pacifique et ne sait pas ce qui se passe, a rétorqué le ministre Gignac. Il n'écoute pas les nouvelles sur les tensions géopolitiques au Moyen-Orient. Est-ce qu'il va nous dire qu'un Québec souverain serait à l'abri des tensions géopolitiques?»

Certains experts du secteur de l'énergie ont prévenu mardi que le bond de 14 cents le litre à la pompe à Montréal pourrait être seulement un avant-goût de l'augmentation des coûts à laquelle peuvent s'attendre les Canadiens au cours des prochains mois.

Le cofondateur de Gasbuddy, Jason Toews, a dit s'attendre à des sommets records pour la moyenne nationale, avec des prix entre 1,45 $ et 1,50 $ cet été.

Roger McKnight, conseiller au sein de la société En-Pro International, établie à Oshawa, en Ontario, a dit prévoir des prix en hausse de 12 à 15 pour cent au pays d'ici la fin avril par rapport aux niveaux actuels.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.