NOUVELLES
19/02/2012 09:27 EST | Actualisé 20/04/2012 05:12 EDT

Séoul procède à des exercices militaires malgré les menaces de Pyongyang

SÉOUL, Corée du Sud - La Corée du Sud a tenu dimanche des exercices de tirs réels militaires sur des îles situées sur sa frontière maritime contestée par la Corée du Nord, et ce, en dépit des menaces de Pyongyang.

Les exercices, qui ont duré environ deux heures, se sont déroulés dans une zone qui avait été la cible d'une attaque menée par la Corée du Nord en 2010, incident qui avait coûté la vie à quatre Sud-Coréens.

Selon les représentants de l'armée sud-coréenne, Pyongyang n'a pas immédiatement réagi.

Un officier du bureau des chefs d'état-major à Séoul a raconté sous le couvert de l'anonymat que les résidants des îles limitrophes avaient reçu l'ordre de se réfugier dans des abris souterrains avant le début des exercices.

Peu après que Séoul eut informé Pyongyang de son projet, l'armée nord-coréenne avait qualifié les exercices de «provocation militaire préméditée» et prévenu la Corée du Sud qu'elle répliquerait en l'attaquant.

En entrevue avec l'Associated Press, un officier de la Corée du Nord a déclaré que les Nord-Coréens étaient toujours prêts à verser leur sang pour défendre l'intégrité de leur territoire.

Les exercices surviennent deux mois après la mort du président nord-coréen Kim Jong-il. Son fils Kim Jong-un lui a succédé à la tête du pays de 24 millions d'habitants.

Techniquement, la péninsule coréenne demeure en état de guerre depuis la trève qui a mis fin en 1953 à la Guerre de Corée au terme de trois ans de conflit.