NOUVELLES
19/02/2012 11:33 EST | Actualisé 20/04/2012 05:12 EDT

Le PDG de l'Oréal veut supprimer les stock-options dans son groupe

PARIS - Le PDG de L'Oréal, Jean-Paul Agon, veut remplacer les stock-options distribuées aux cadres dirigeants du premier groupe mondial de cosmétiques par des actions gratuites dont l'attribution serait soumise à des critères de performance.

"En avril, je proposerai au conseil d'administration l'arrêt total du système de stock-options chez L'Oréal, pour tout le monde et dès cette année", déclare-t-il au journal français "Journal du Dimanche".

"Nous allons instaurer un système d'actions de performance. Nous réfléchissons à cette solution depuis le mois de janvier", explique-t-il. "Au bout de quatre années de maison, nos managers recevront des actions gratuites si l'entreprise a atteint certains critères de performance. C'est plus transparent et moins aléatoire", poursuit-il.

Interrogé sur sa propre rémunération, évaluée à 10,7 millions d'euros (14 millions $) en 2010 par le cabinet Proxinvest, Jean-Paul Agon précise qu'il gagne "2,1 millions d'euros (2,75 millions $) de salaire fixe par an depuis 2008", plus une partie variable "en fonction de dix critères de performance qui mesurent aussi bien (sa) vision stratégique que la hausse des ventes ou la rentabilité". "En 2011, ma note a été de 85 pour cent. J'ai donc reçu une part variable de 1,785 million d'euros" (2,33 millions $). "En tout, j'ai gagné 3,8 millions d'euros. (5 millions $)"

Quant aux stock-options, "j'en ai reçu 400 000 en 2010. Comptablement, cela vaut 6,8 millions d'euros (8,92 millions $)", estime le PDG de L'Oréal, "mais ce chiffre ne veut rien dire puisqu'il dépend du cours de l'action au moment où je pourrai exercer mes options".

Il précise que 2300 personnes bénéficient de stock-options dans le groupe et souligne qu'il a renoncé aux siennes en 2009. "Les stock-options polluent le débat", juge-t-il, c'est pourquoi "je vais renoncer à la moitié des stock-options qui m'ont été attribuées en 2010. J'en garderai 200 000 pour partager une dynamique de performance avec nos actionnaires".

Jean-Paul Agon avait signé en août dernier avec 15 autres Français à très hauts revenus, dont l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt, et les PDG de Total, Danone et de la Société générale, un appel en faveur d'une "contribution exceptionnelle" pour "les plus favorisés". "Je pense que l'AFEP (Association française des entreprises privées, NDLR), qui réunit les entreprises du CAC 40, est sur la même ligne de pensée".