NOUVELLES
19/02/2012 08:43 EST | Actualisé 20/04/2012 05:12 EDT

Le Canadien s'incline 3-1 devant les Devils

Getty Images

MONTRÉAL - Martin Brodeur a joué comme s'il avait bel et bien l'intention que le match de dimanche ne soit pas le dernier de sa carrière à Montréal. Et les Devils du New Jersey, eux, comme s'ils voulaient faire revivre les jours de gloire qu'ils ont d'abord connus sous l'égide de Jacques Lemaire.

Même si le Canadien a su augmenter la cadence en deuxième et troisième périodes, ça s'est avéré trop peu, trop tard face à l'attaque opportuniste et l'étanche machine défensive des Devils. Ceux-ci l'ont emporté 3-1 au Centre Bell, dimanche.

«Contre une très bonne équipe qui préconise un système de jeu très solide, il a été difficile de générer la moindre attaque, a constaté l'entraîneur-chef Randy Cunneyworth. Nous avons eu trop de joueurs qui n'ont décoché aucun tir au but. Dans ces cas-là, il faut tirer, même quand on n'est pas certain d'avoir le champ libre.»

Auteur de cinq des 33 tirs des siens, y compris ceux qui ont été bloqués par des défenseurs adverses, Max Pacioretty a enfilé son 25e but de la saison, lors d'un avantage numérique en début de troisième période. Il s'est ainsi inscrit au pointage dans un sixième match de suite. Tout comme David Desharnais d'ailleurs, l'auteur d'une mention d'aide sur le jeu.

Sauf que Zach Parise et David Clarkson avaient auparavant enfilé leur 22e but chacun pour donner les devants 2-0 aux Devils après deux périodes. Matt Taormina a remis les siens en avant 3-1 en milieu de troisième, au moyen de son premier de la campagne.

Victime de tirs déviés sur les deux premiers filets des visiteurs, puis d'un lancé voilé sur le troisième, Carey Price a réalisé 22 arrêts.

«Ils ont été très intelligents sur leur premier but, mais ensuite ils ont marqué à l'aide d'un tir qui a frappé une culotte, puis d'un autre qui a trouvé un trou, a déploré Price. Bien des soirs, ces tirs-là frappent un gardien même s'il ne les voit pas. Mais pas ce soir.»

Brodeur, lui, a repoussé 21 tirs. Même si plusieurs de ces lancers sont venus de la périphérie, le gardien de 39 ans a montré qu'il lui restait encore pas mal de vigueur dans les jambes.

Erik Cole a pu compléter le match, mais il a dû retraiter au vestiaire à deux reprises pour soigner des blessures.

Cette défaite fait en sorte que tout à coup, ce qui semblait une bonne séquence du Tricolore se transforme en période plus difficile où le club n'a qu'un gain à ses quatre dernières sorties (1-2-1). Il faut dire que les Devils ont un dossier de 8-1-2 à leurs 11 plus récentes rencontres.

«Nous avions bien fait ces derniers temps, mais les gars étaient mentalement et physiquement fatigués, a noté Cunneyworth. Les gars ont essayé, ils avaient le coeur à la bonne place, mais ils n'ont tout simplement pas réussi à générer quoi que ce soit collectivement. Mais ce n'est pas une excuse. Nous devons tout simplement être meilleurs que ça. Tout le monde dans notre vestiaire le sait fort bien.»

Avant le match, la direction du Canadien a encore une fois su trouver le juste ton lors de son hommage à Gary Carter, en projetant des photos en plus de séquences vidéo sur la glace et sur l'écran géant, pendant que la foule marquait la cadence en se frappant les mains au son de la chanson «New Kid in Town» des Eagles, et que Youppi avait retrouvé son chandail des Expos. Autant l'ovation qui a mis un terme à l'hommage a été chaleureuse, autant le moment de silence qui a suivi a été rigoureusement respecté.

L'hommage à Carter a commencé dès l'échauffement, alors que tous les joueurs du club montréalais ont fait leur entrée au son de la chanson-thème des Expos, en portant un maillot du CH avec le no 8 et le nom de Carter dans le dos. Chaque maillot sera autographié et vendu lors d'un encan en ligne sur le site web du Canadien, plus tard cette semaine, au profit de la Fondation Gary-Carter.

Le Tricolore, lui, entreprendra la semaine à venir mardi, face aux Stars de Dallas au Centre Bell. La séance d'entraînement prévue lundi à Brossard a été maintenue à l'horaire.

«En espérant que nous pourrons nous regrouper et retrouver notre énergie», a lancé Cunneyworth.

À la manière typique des Devils

N'eut été du deux-contre-un raté par Mathieu Darche et Rene Bourque, puis du tir de P.K. Subban que Brodeur a failli échapper, l'attaque du Canadien serait vraiment rentrée bredouille au vestiaire à l'issue d'une première période dominée 12-4 au chapitre des tirs par les Devils. Et n'eut été de l'arrêt de Price aux dépens de Patrik Elias, alors que celui-ci était fin seul devant lui, les visiteurs auraient profité d'une plus forte avance que 1-0.

C'est Parise, à 18:03, qui a permis aux Devils de faire fructifier la domination des siens quand il a fait dévier un tir d'Ilya Kovalchuk après qu'Adam Henrique eut remporté la mise en jeu en territoire montréalais.

Le CH a ajouté 10 tirs à son compte au deuxième engagement, mais la période médiane serait restée sans histoire si Clarkson, bien que surveillé par Chris Campoli, n'avait pas doublé l'avance des Devils à 19:42 en faisant dévier un tir des poignets qu'Elias a décoché de la ligne bleue.

Pacioretty a réduit l'écart à 2-1, à 1:46 de la troisième, lors du troisième jeu de puissance de la soirée pour le Tricolore. Le no 67 du CH a mis fin à une séquence où il fallu une pétarade de quatre tirs en quelques secondes pour réussir à percer la muraille de Brodeur et de ses défenseurs.

Taormina a redonné un bon coussin aux Devils à 8:27 d'un tir de la ligne bleue. Price avait la vue voilée par Steve Bernier et Yannick Weber.

INOLTRE SU HUFFPOST