Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Roy finit 22e à Bansko en Bulgarie, où Hirscher l'emporte devant Ligety

BANSKO, Bulgarie - Le Canadien Jean-Philippe Roy a signé un cinquième top 30 en six épreuves de la Coupe du monde de ski alpin, samedi, terminant 22ème du slalom géant à Bansko.

Le skieur de 33 ans de Ste-Flavie, 16ème après la première manche, semblait prêt à décrocher son premier top 10 de la saison de Coupe du monde 2011-12.

Toutefois, en deuxième manche, un sillon mal évalué en raison de la faible luminosité l'a fait glisser sur la hanche, lui faisant perdre le contrôle et un temps précieux. Il s'est bien repris, mais a dû se contenter d’un chrono combiné de deux minutes, 28,72 secondes et d’un autre top 30.

Brad Spence de Calgary et Michael Janyk de Whistler prenaient tous deux part à leurs premières épreuves de slalom géant en Coupe du monde depuis janvier 2011. Les conditions météos difficiles les forçaient à respectivement se résigner aux 36ème et 43ème positions après une manche.

Roy est l’un des skieurs canadiens qui présente le plus de constance cette saison. Il a inscrit un seul incomplet cette saison et enregistré les 22ème, 21ème, 13ème, 24ème et 22ème positions en slalom géant. Il occupe présentement le 25ème rang du classement mondial de la discipline.

L’Autrichien Marcel Hirscher a profité d’une importante erreur commise par l’Américain Ted Ligety en deuxième manche pour l'emporter en 2:25,35.

Ligety occupait la tête après une manche, mais une erreur commise en début de seconde partie l’a repoussé au 27ème rang.

Cette victoire place Hirscher en tête du classement de la discipline avec 465 points comparativement aux 384 de Ligety. L’Italien Massimiliano a terminé deuxième samedi (2:26.74) et l’Autrichien Marcel Mathis, grâce à une deuxième manche sensationnelle obtenait la troisième place et un premier podium de Coupe du monde en carrière.

Pour Spence et Janyk, la course de samedi leur a offert un répit de compétition et d’entraînement de leur discipline habituelle en leur donnant la chance de s’acclimater à l’environnement en vue du slalom de dimanche.

«Ils ont coursé de façon acceptable. Ils ont été malchanceux avec la météo, a confié Kip Harrington, entraîneur-chef de l’équipe technique masculine. Mike ne voyait rien et Brad aurait pu se qualifier si ce n’avait été du vent. Je crois qu’il a bien skié et c’est bon pour eux de tâter une spécialité différente.»

Paul Stutz, de Banff prendra aussi part à l’épreuve de Coupe du monde de dimanche.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.