NOUVELLES
18/02/2012 01:54 EST | Actualisé 19/04/2012 05:12 EDT

L'Iran installerait de nouvelles centrifugeuses sur le site de Fordo

VIENNE, Autriche - Le régime iranien s'apprêterait à franchir une nouvelle étape dans le développement de son programme nucléaire dans un site souterrain, qui a été préparé pour l'installation de milliers de centrifugeuses de nouvelle génération, a appris samedi l'Associated Press de sources diplomatiques.

Selon des diplomates, le circuit électrique, les canalisations et le matériel de soutien pour les nouvelles centrifugeuses ont été installés sur le site de Fordo. En revanche, l'Iran n'a pas encore installé les centrifugeuses et on ignore quand il compte le faire, souligne-t-on de même source. Ces centrifugeuses pourraient accélérer grandement la production de combustible pouvant servir à la fabrication d'ogives nucléaires.

Pressé par le Conseil de sécurité des Nations unies de geler ses activités nucléaires sensibles, comme l'enrichissement d'uranium, Téhéran assure que son programme nucléaire est destiné uniquement à des fins civiles. Mais les États-Unis, notamment, soupçonnent Téhéran de préparer la fabrication d'armes nucléaires.

Les travaux supposément en cours à Fordo semblent faire écho à la détermination de Téhéran pour aller de l'avant avec le développement de ses activités nucléaires, qui pourraient être utilisées à des fins militaires, et ce malgré une augmentation rapide des sanctions internationales et la menace latente d'une attaque militaire israélienne contre ses installations nucléaires.

Le site de Fordo pourrait être utilisé pour fabriquer du matériel fissile destiné à des têtes de missile, et ce même sans une telle mise à jour, ont fait savoir les diplomates.

Selon eux, les centrifugeuses déjà en activité pourraient en effet être utilisées pour fabriquer de l'uranium enrichi de qualité militaire, et ce à quelques jours d'avis.

Les commentaires des diplomates semblent représenter la première occasion au cours de laquelle quiconque a jamais quantifié le délai nécessaire pour reconfigurer les centrifuges de Fordo pour en faire des machines capables de produire de l'uranium servant à des armes atomiques.

Les déclarations des diplomates surviennent alors que des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique doivent visiter Téhéran dimanche. Leur voyage, le deuxième du mois, représente une nouvelle tentative de percer le mur de dénégations iraniennes concernant la fabrication d'armes nucléaires pouvant être munies d'uranium enrichi à 90 pour cent ou plus.

Les États-Unis, l'Union européenne et d'autres alliés occidentaux ont récemment resserré leurs sanctions ou en ont mis de nouvelles en place pour nuire aux exportations de pétrole iraniennes et au système financier de la République islamique.

Des diplomates ont indiqué que ces sanctions servaient en partie à dissuader Israël de recourir à la force contre les installations nucléaires iraniennes, dont Fordo. Ce site inquiète d'ailleurs l'État hébreu, dont les bombes ne sont pas assez puissantes pour atteindre les bunkers situés profondément sous une montagne.