NOUVELLES
18/02/2012 10:25 EST | Actualisé 19/04/2012 05:12 EDT

Adonis Stevenson ne met que 99 secondes à se débarrasser de Jesus Gonzales

MONTRÉAL - Adonis «Superman» Stevenson n'a fait qu'une bouchée de Jesus «El Martillo» Gonzales, le terrassant dès le premier assaut d'un combat prévu pour 12 d'une solide combinaison droite-gauche à la tête, samedi, au Centre Bell.

Stevenson (17-1, 14 K.-O.) avait promis à Gonzales (27-2, 14 K.-O.) de lui faire payer les propos litigieux qu'il a tenus à son endroit au cours de la semaine. Gonzales avait déclaré, mercredi, qu'il était impardonnable «d'avoir violé des petites filles de 14 ou 15 ans et de les avoir forcées à se prostituer». Des «mensonges» que Stevenson souhaitait lui faire ravaler.

Le super moyen de Longueuil n'a pas menti. Après quelques secondes passées à étudier son adversaire, Stevenson l'a couché dès sa première attaque sérieuse.

«Le plan de match était de 'jabber' et de rester calme, c'est ce que j'ai fait. Dès la première fois où je l'ai testé, je l'ai touché et bang! il est tombé», a indiqué celui qui n'aura mis qu'une minute et 39 secondes à défendre sa ceinture de champion IBF Intercontinental et surtout, grimper au deuxième rang du classement des super moyens de l'IBF, dont le champion est Lucian Bute.

Malgré tout, Stevenson jure ne pas avoir été animé d'un désir de vengeance.

«J'étais content d'avoir gagné, mais je n'ai pas ressenti de satisfaction particulière de l'avoir battu.»

Son entraîneur, Emmanuel Steward, a d'ailleurs indiqué qu'il devra s'habituer à ce genre de propos maintenant qu'il grimpe aux classements.

«Je lui ai dit de garder toute sa concentration sur le combat, a dit celui qui a dirigé 43 champions du monde et six champions olympiques. Ce genre de propos viennent avec le territoire. Mais maintenant, tout le monde parlera de ce K.-O., croyez-moi. Les images de ce combat feront le tour du monde.»

Ce K.-O. a donné lieu à des moments inquiétants. Aussitôt sur le canevas, le boxeur de l'Arizona est entré en convulsions. Le médecin s'est rapidement rendu à son chevet quand l'arbitre Marlon B. Wright a signifié la fin du combat. Il senblait toutefois rétabli quand, quelques minutes plus tard, il est passé devant les journalistes pour regagner le vestiaire.

Ce revers expéditif devrait lui faire perdre quelques rangs dans les classements mondiaux, lui qui occupait le 12e échelon de l'IBF et le 14e de la WBC avant ce combat.

Pour Stevenson, champion NABA et NABO classé no 8 de la WBA et no 15 de la WBC, ce combat le propulse directement dans les hautes sphères de la division.

Comme il n'y a pas d'aspirant no 1 actuellement, cette deuxième place au classement est stratégique. Bute doit affronter le Britannique Carl Froch en avril pour la défense obligatoire de son titre. Si le boxeur de Manchester devait se désister, c'est Stevenson qui deviendrait ainsi l'aspirant obligatoire, a expliqué Yvon Michel, président de GYM.

«Nous avons eu la confirmation de l'IBF par écrit, a indiqué le promoteur. De plus, aucun combat pour la position d'aspirant obligatoire ne sera disputé sans Adonis — à moins qu'il ne soit impliqué dans un combat de championnat du monde. Laissez-moi vous dire qu'Adonis ne sera pas impliqué dans quelque combat que ce soit tant que l'affrontement Bute-Froch ne sera pas confirmé.»

Plus souvent à Detroit

Stevenson passera dorénavant plus de temps à Detroit, où il poursuivra son association avec Steward, au célèbre gymnase Kronk. Il estime que son récent passage dans cet établissement lui aura permis de s'améliorer techniquement, notamment aux niveaux de l'équilibre et de la façon de décocher son jab de la gauche.

Un journaliste n'a pas pu s'empêcher de demander à Stevenson s'il pensait qu'il aurait pu passer le K.-O. à Gonzales en 99 secondes avec les frères Howard et Otis Grant dans son coin. Le Longueuillois a causé tout un émoi en quittant les deux hommes, qui ont vivement réagi dans les médias.

«Je ne sais pas», a dit Stevenson, pesant bien ses mots, se contentant seulement d'ajouter que «Steward m'a changé techniquement».

Hommages à Carter

Les deux pugilistes ont rendu à leur façon hommage au regretté Gary Carter. Gonzales est monté dans le ring vêtu d'une chemise blanche des Expos ornée du nom et du numéro de Carter. Stevenson a quant à lui décidé de faire son entrée dans le ring avec la casquette tricolore de l'ancien club de baseball montréalais.