NOUVELLES
07/02/2012 14:46 EST | Actualisé 08/04/2012 01:12 EDT

Révision de la loi sur Investissement Canada:le délai nuit au pays, selon le NPD

OTTAWA - Une mise à jour de la Loi sur Investissement Canada, promise par Ottawa et maintes fois repoussée, se fait toujours attendre et nuit aux potentiels investissements d'une société étrangère, a affirmé le Nouveau Parti démocratique (NPD), mardi.

Le porte-parole du parti en matière d'industrie, Guy Caron, a souligné que cette situation avait instauré un climat très difficile pour les investissements. Il a ajouté que l'opposition s'était engagée à faire de la mise à jour de cette loi l'une de ses priorités.

Les entreprises étrangères qui souhaiteraient investir au Canada doivent avoir une idée précise des règles s'appliquant dans un pays avant d'y dépenser des millions, voire des milliards de dollars, a soutenu le député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques.

M. Caron a mentionné que l'un des changements principaux à apporter serait de clarifier le sens d'une «évaluation des avantages nets». La loi prévoit actuellement que seuls les projets qui représentent des «avantages nets» seront approuvés.

Selon M. Caron, c'est l'ensemble du processus qui manque de transparence, déplorant du même souffle l'absence de clarté. Il a ajouté que la loi était trop «subjective» dans son application actuelle, et qu'il importait d'y injecter une certaine uniformité pour l'avenir des compagnies canadiennes mais aussi pour les sociétés étrangères souhaitant investir au pays.

Bien que le gouvernement fédéral ait promis une mise à jour et une clarification de la loi, le ministre de l'Industrie, Christian Paradis, s'est montré avare de détails quant à l'évolution de ce dossier depuis qu'il a succédé à Tony Clement, l'an dernier.

Le premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty, a réitéré, cette semaine, les appels à une révision de la loi après qu'une usine de Caterpillar ait été fermée dans le sud-ouest de la province. L'annonce de la fermeture de l'usine de fabrication de locomotives Electro-Motive survient moins de deux ans après son rachat par la compagnie américaine Caterpillar.