NOUVELLES
07/02/2012 14:51 EST | Actualisé 08/04/2012 01:12 EDT

Haïti: Des manifestants veulent que Michel Martelly produise son passeport

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Un petit groupe de manifestants haïtiens a demandé mardi à Michel Martelly de prouver qu'il avait le droit d'occuper son poste.

Une centaine de personnes se sont rassemblées mardi pour exiger de M. Martelly qu'il produise la preuve qu'il n'avait pas plusieurs nationalités, ce qu'il l'exclurait de son poste en vertu de la Constitution d'Haïti.

«Nous prenons d'assaut les rues pour demander à M. Martelly de nous montrer son passeport», a indiqué le manifestant Ronald Jean-Charles, alors que d'autres brûlaient des affiches à l'effigie du président.

«Sinon, il doit démissionner.»

Cette manifestation était la première du genre depuis qu'une commission formée de députés se penche sur les allégations voulant que l'actuel président haïtien soit citoyen des États-Unis, de l'Italie et d'Haïti.

M. Martelly, un chanteur connu qui vivait en Floride avant d'être élu président l'année dernière, a indiqué à des journalistes, la semaine dernière, qu'aucune loi ne l'obligeait à montrer son passeport.

«Le passeport restera dans la poche du président», a-t-il lancé.

La manifestation est survenue peu après un autre rassemblement lors duquel une cinquantaine de personnes se sont assises devant le bureau du ministère de la Justice. Elles dénonçaient la décision d'un juge, qui a recommandé que l'ancien dictateur Jean-Claude Duvalier soit jugé pour de présumés crimes financiers, mais pas pour les allégations de violations des droits humains survenues pendant ses 15 années au pouvoir.

Ces manifestants ont barbouillé l'édifice gouvernemental d'inscriptions réclamant l'arrestation de M. Duvalier.

Un groupe d'activistes et de présumées victimes du régime de Jean-Claude Duvalier ont annoncé qu'ils comptaient aller en appel dans les prochains jours afin d'obtenir la mise en accusation de l'ancien dirigeant.

Cette manifestation est survenue le jour du 26e anniversaire de la chute de Duvalier, surnommé «Bébé Doc» pendant son règne.

L'ancien dictateur a effectué un retour surprise en Haïti l'année dernière, après 25 ans d'exil en France. Après son retour, il a été accusé de détournement de fonds, de violations des droits humains et d'autres crimes.

Ses avocats affirment qu'il est innocent de tous les crimes.