NOUVELLES
05/02/2012 00:48 EST | Actualisé 06/04/2012 01:12 EDT

La Syrie salue le veto de la Russie et de la Chine à l'ONU

Un journal syrien pro-gouvernemental a salué le veto opposé par la Russie et de la Chine au Conseil de sécurité de l'ONU à une résolution qui soutenait le plan de paix de la Ligue arabe prévoyant le départ du président Bachar el-Assad.

Dans son édition de dimanche, le quotidien "Tichrine" assure que les autorités syriennes vont continuer leurs efforts pour ramener la stabilité dans le pays.

Le double veto de la Russie et de la Chine, samedi, a scandalisé les Etats-Unis et les membres européens du Conseil de sécurité qui craignent que cela encourage le régime de Bachar el-Assad dans sa campagne de répression.

"Tichrine" qualifie aussi le veto d'incitation pour Damas à poursuivre les réformes annoncées, qui incluent la rédaction d'une nouvelle constitution et l'organisation d'élections législatives.

La répression contre le soulèvement, qui a commencé il y a près de onze mois, a fait plus de 5.400 morts, selon l'ONU.

Dans un communiqué diffusé samedi soir par l'Elysée, le président français Nicolas Sarkozy a déploré "vivement" cet échec au Conseil de sécurité. "La France ne se résigne pas. Elle se concerte avec ses partenaires européens et arabes afin de créer un 'Groupe des Amis du peuple syrien' qui aura pour objectif d'apporter tout l'appui de la communauté internationale à la mise en oeuvre de l'initiative de la Ligue arabe", souligne-t-il.

Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, note pour sa part qu'en opposant leur veto, la Russie et la Chine "empêchent l'expression de la communauté internationale et la mobilisation du Conseil de sécurité pour un règlement pacifique de cette tragédie", et "portent une terrible responsabilité aux yeux du monde et du peuple syrien".

"La France, avec ses partenaires, va se mobiliser pour rassembler les amis du peuple syrien autour de la Ligue arabe afin d'appuyer le plan que celle-ci a proposé, qui demeure la seule voie pour sortir de l'impasse, pour faire cesser la violence et pour permettre aux Syriens de construire leur démocratie", souligne également Alain Juppé dans un communiqué. AP

pyr/v0156/mw