NOUVELLES
31/01/2012 03:36 EST | Actualisé 01/04/2012 01:12 EDT

Yémen: Des frappes aériennes américaines tuent quatre militants d'al-Qaïda

SANAA, Yémen - Quatre militants présumés d'al-Qaïda ont été tués par des frappes aériennes américaines dans le sud du Yémen, dont un homme soupçonné d'implication dans l'attentat contre le destroyer américain «USS Cole» en 2000, ont rapporté mardi les autorités yéménites.

Elles ont précisé que les bombardements avaient frappé une école et une voiture lundi soir dans la province d'Abyan. De grands pans de la région sont tombés aux mains d'al-Qaïda, qui a profité du chaos créé par le soulèvement contre le président Ali Abdallah Saleh commencé l'an dernier pour étendre son influence.

Les États-Unis considèrent que la branche yéménite d'al-Qaïda est l'une des plus dangereuses du groupe. Les forces aériennes américaines ont déjà pris pour cible des leaders de l'organisation terroriste au Yémen par le passé, tuant notamment le citoyen américain Anwar al-Awlaki l'an dernier.

Cette branche a souvent organisé des attentats contre les États-Unis, incluant celui où un homme avait tenté de faire exploser un avion à Détroit en dissimulant une bombe dans ses sous-vêtements à Noël il y a deux ans.

Les autorités locales ont raconté que la plus récente attaque de l'armée américaine avait surpris les militants alors qu'ils assistaient à une importante réunion tenue dans une école. Les frappes aériennes ont également touché des cibles dans les montagnes et une voiture transportant des gens qui se rendaient à la rencontre entre les villes de Lauder et Moudia. Un autre véhicule a réussi à s'échapper.

Des responsables yéménites de la sécurité avaient initialement fait état de 15 morts, mais ont revu le bilan à la baisse. Douze militants ont également été blessés par les tirs de missiles.

Selon les mêmes sources, l'un des morts a été identifié comme étant Abdel-Monem al-Fathani, l'un des supposés organisateurs de l'attentat de 2000 contre l'«USS Cole» qui avait coûté la vie à 17 marins américains et en avait blessé 39 autres. L'attaque s'était produite alors que le destroyer américain se trouvait dans le port d'Aden, au Yémen, pour faire le plein.

D'après les autorités yéménites, al-Fathani était le seul des militants tués mardi qui était recherché par la police du pays pour ses activités au sein d'al-Qaïda. Il n'était toutefois pas considéré comme l'un des leaders les plus importants.

À Washington, un responsable a confirmé qu'une frappe américaine contre des dirigeants présumés d'al-Qaïda avait eu lieu dans la péninsule arabique. Selon les premières indications, l'assaut a fait cinq morts, a-t-il affirmé. Il a cependant refusé de préciser à quel endroit l'attaque s'était déroulée et si elle avait été menée par des drones ou des avions de guerre.

Par ailleurs, des membres d'une tribu de la province d'al-Mahweet ont enlevé mardi six employés de l'ONU: une Irakienne, une Palestinienne, un Colombien, un Allemand et deux Yéménites. Les ravisseurs demandent la libération de détenus appartenant à leur clan.

Le chef du conseil local, Ali Ahmed al-Zukaym, a indiqué que les dirigeants de la région négociaient avec les kidnappeurs pour qu'ils relâchent leurs six otages.

Toujours mardi, le porte-parole d'Ali al-Omrani, le ministre yéménite de l'Information, a déclaré que le politicien avait échappé à une tentative d'assassinat après que son automobile eut été la cible de tirs à l'extérieur du bâtiment abritant le cabinet à Sanaa.