NOUVELLES
31/01/2012 15:33 EST | Actualisé 01/04/2012 01:12 EDT

Registre des armes: le NPD déplore le silence du commissaire de la GRC

OTTAWA - Le patron de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a subi les foudres du Nouveau Parti démocratique (NPD) mardi, alors que le député chargé du dossier de la justice lui a reproché son refus de ne pas commenter la valeur du registre fédéral des armes d'épaule.

Le néo-démocrate Jack Harris a affirmé que c'était «plutôt dérangeant» que le commissaire de la GRC, Bob Paulson, ne commente pas l'affaire.

M. Harris a fait référence, mardi, à une étude de la GRC qualifiant le registre fédéral «d'outil utile», un outil qui permet aux agents de se préparer aux appels d'urgence et qui les aide à retracer les armes de scènes de crime, en plus de maintenir ces armes à l'écart des personnes atteintes de déficience intellectuelle.

Leur «propre évaluation interne» renvoie au registre comme étant un outil d'enquête utile et une partie «cruciale» du système de contrôle des armes à feu au Canada, a plaidé M. Harris.

Le gouvernement de Stephen Harper a soumis un projet de loi qui mettra fin à l'existence du registre d'armes d'épaule et détruira de façon permanente plus de sept millions de données sur les propriétaires de telles armes.

Le projet de loi, qui doit être soumis à une troisième lecture aux Communes, outrepasserait certaines clauses de la Loi sur la Bibliothèque et les Archives du Canada et de la Loi sur la protection des renseignements personnels en permettant la destruction de ces données.

Les conservateurs affirment que le registre est inutile et dispendieux. Ils sont toutefois en faveur d'une licence pour les propriétaires d'armes et l'enregistrement des armes interdits et à usage restreint, comme les armes de poing.

La police canadienne a consulté le registre des armes à feu, en moyenne, plus de 14 000 fois par jour en 2010.