NOUVELLES
31/01/2012 01:52 EST | Actualisé 01/04/2012 01:12 EDT

Poursuite contre Duvalier: l'ONU est déçue de la nature des accusations

NEW YORK, États-Unis - Le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies (ONU) critique sévèrement les autorités haitiennes pour la nature timide des accusations qui seront portées contre l'ancien dictateur, Jean-Claude Duvalier.

Selon le porte-parole du Conseil, Rupert Colville, Jean-Claude Duvalier devrait être jugé pour de graves violations des droits humains car celles-ci ont été largement documentées pendant ses 15 ans de pouvoir. Dans le cas de l'ex-dirigeant haitien, M.Colville emploie les mots de meurtre, de torture et d'emprisonnement sous de faux prétextes.

Lundi, le juge en charge de l'enquête sur l'ex-dictateur, Carves Jean, a annoncé avoir recommandé son renvoi devant un tribunal pour détournement de fonds publics. Il n'a donc pas retenu les accusations de meurtres, tortures et atteintes aux droits de l'homme, sans fournir de plus amples précisions et aucune date n'a été fixée pour un procès.

Après sa chute en 1986, Jean-Claude Duvalier s'est exilé en France. Il a regagné par surprise Haïti en janvier 2011, 25 ans après son renversement par la population haïtienne. Libre de ses mouvements, il vit aujourd'hui dans la capitale, Port-au-Prince.

L'un de ses avocats, Reynolds Georges, a déclaré qu'il ferait appel de la décision du juge Carves Jean, faisant valoir que le délai de prescription avait pris fin.

-