NOUVELLES
31/01/2012 06:48 EST | Actualisé 01/04/2012 01:12 EDT

Jutra: le «Monsieur Lazhar» de Philippe Falardeau ouvre la marche

MONTRÉAL - «Monsieur Lazhar» partira en pôle position pour la course aux Jutra, qui récompenseront le 11 mars prochain les meilleurs films et artisans du cinéma québécois. Il est suivi de près par le dernier long métrage d'André Forcier, «Coteau Rouge».

Déjà en lice pour un Oscar à Hollywood, le film de Philippe Falardeau a récolté neuf mises en nominations, dont celles du meilleur film, de la meilleure réalisation, du meilleur scénario et du meilleur acteur (Mohammed Fellag).

Sans surprise, il est aussi de la course pour le Jutra du film s'étant le plus illustré à l'étranger, en compétition directe avec un autre poulain de la maison de production micro_scope, «Incendies». Rappelons que le film de Denis Villeneuve avait tout raflé aux Jutra en 2011.

Les jeunes acteurs Sophie Nélisse et Émilien Néron, qui ont tous deux décroché une mise en nomination pour leur rôle de soutien dans le long métrage, étaient sans conteste le centre d'attraction lors du dévoilement des finalistes mardi au Monument national.

Ils étaient, de toute façon, les seuls artisans du film sur place pour défendre un long métrage qui n'en a plus véritablement besoin, le réalisateur Philippe Falardeau étant au Festival international du film de Rotterdam et les producteurs Luc Déry et Kim McCraw ayant déjà pris le chemin de Los Angeles.

Pour la jeune Sophie Nélisse, il s'agit d'un second coup de chapeau en quelques jours à peine, puisqu'elle a été nommée dans la même catégorie aux prix Génie, l'équivalent des Jutra au Canada, le 17 janvier dernier.

Son camarade de jeu Émilien Néron, qui n'avait pas été retenu en vue de cette cérémonie, s'est certes réjoui de sa présence sur la liste des finalistes des Jutra, mais il s'est surtout montré heureux du succès de «Monsieur Lazhar».

«Moi, c'est sûr que oui, j'étais vraiment surpris d'être mis en nomination. C'est la première fois que je participe à un film et que ça va aussi loin, c'est vraiment très 'le fun'», a dit le jeune garçon avant de préciser que ses parents veillent de près à ce qu'il ne «s'enfle pas la tête» pour autant.

«Il faut que je reste sur terre. Moi, je prends ça 'cool'», a-t-il conclu.

Rien ne semble donc pouvoir arrêter «Monsieur Lazhar». Après avoir multiplié les accolades dans les festivals à l'international, il court maintenant la chance de remporter neuf statuettes au Québec, tout comme au Canada, puisqu'il a été nommé le même nombre de fois en prévision des prix Génie.

«Il faudrait peut-être que l'on intronise des 'Immortels' aux Jutra comme on le fait aux Gémeaux pour Luc Déry et Kim McCraw», a d'ailleurs lancé le président du conseil d’administration de Québec Cinéma, Pierre Even, qui est aussi coproducteur de «Café de Flore», un film nommé sept fois aux Jutra.

M. Even faisait référence à cette catégorie que les Gémeaux réservent aux artisans de la télévision qui ont remporté trois statuettes dans une même catégorie.

«Coteau Rouge» nommé huit fois

Le film «Coteau Rouge», avec ses huit mises en nominations, chauffe «Monsieur Lazhar». Le long métrage du réalisateur André Forcier, qui n'a pas l'habitude de donner dans les films grand public, figure donc parmi les favoris en vertu de la quantité de mises en nomination dont il a hérité.

«C'est assez touchant. Je ne m'attendais pas à avoir autant de nominations. Pas du tout. Je suis aussi très content que le travail des artisans, et pas seulement celui des comédiens, ait été reconnu», a souligné le cinéaste, à qui l'on doit notamment les films «L'Eau chaude, l'eau frette» et «Le vent du Wyoming».

Mario Saint-Amand a contribué à la récolte de «Coteau Rouge», long métrage doté d'un modeste budget de 1,4 million $ qui a ouvert le Festival des films du monde en août dernier.

Car en plus de courir la chance de mettre la main sur un Jutra pour son premier rôle dans «Gerry», le comédien à la voix éraillée pourrait repartir avec la statuette du meilleur acteur de soutien pour son rôle dans l'oeuvre d'André Forcier.

L'année 2011 aura sans contredit été faste pour Mario Saint-Amand. «C'était mon désir souverain de revenir au cinéma. Et là, avec 'Coteau Rouge' et 'Gerry', ça a été deux grandes et belles aventures. Je suis très, très content», a affirmé le comédien, qui récoltait mardi ses deux premières mises en nomination aux Jutra depuis le début de sa carrière.

«Coteau Rouge» disputera le Jutra du meilleur film à «Monsieur Lazhar», «Starbuck» et «Le vendeur». Le premier film de la cinéaste Anne Émond, «Nuit #1», est également en lice dans cette catégorie.

Encore une fois, le travail de la comédienne Catherine De Léan dans «Nuit #1» a été remarqué. Elle court la chance de gagner le Génie et le Jutra de la meilleure actrice dans un rôle principal.

«Ça m'enchante. Je suis tellement énervée que je n'arrive plus à parler, a-t-elle dit en riant. Je suis très heureuse de la façon dont le film se fait remarquer. Je trouve que c'est vraiment bien pour un premier long métrage d'une jeune réalisatrice.»

Avec six nominations chacun, «Pour l'amour de Dieu» de Micheline Lanctôt, «Starbuck» de Ken Scott et «Une vie qui commence» de Michel Monty se démarquent aussi.

Pour une deuxième année, la cérémonie des Jutra sera animée par Yves Pelletier et Sylvie Moreau. L'an dernier, la chimie entre les deux avait fort bien opéré, et leur animation avait été appréciée par la critique.

«J'aime travailler avec cette femme-là. Il y a une complicité naturelle avec elle, c'est une fille qui est drôle, sensible, travaillante et qui aime s'investir à fond dans tous ses projets... c'est la coanimatrice et coconceptrice idéale», a exposé l'ex-RBO.