NOUVELLES
31/01/2012 07:23 EST | Actualisé 01/04/2012 01:12 EDT

Budget de l'Elysée: plus transparent mais encore trop élevé, selon un député

PARIS - Le député René Dosière, qui scrute le budget de l'Elysée depuis dix ans, a salué mardi les progrès réalisés sous Nicolas Sarkozy en terme de transparence mais a reproché au président actuel de dépenser trop, notamment dans les sondages, les voyages en avion et la sécurité de ses déplacements.

L'élu apparenté socialiste a par ailleurs remarqué que pour les conseillers des ministres, "depuis une année, les rémunérations ont explosé" - ce qui est en "décalage" avec la rigueur que le gouvernement exige des Français. "Ceux qui leur demandent des efforts ne les font pas", a déploré M. Dosière lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale.

En ce qui concerne la transparence du budget de l'Elysée, le député a estimé qu'il y avait un avant et un après 2007, mettant les progrès accomplis au crédit de Nicolas Sarkozy. Pour autant, il a souligné que des améliorations pouvaient être encore apportées.

Environ 30 millions d'euros de dépenses présidentielles restent dispersées dans les budgets ministériels (par exemple, l'Intérieur prend en charge les policiers qui assurent la sécurité extérieure de l'Elysée, soit 12 millions d'euros). Selon M. Dosière, ces sommes devraient être ajoutées au budget de l'Elysée, qui s'élève à 113 millions d'euros par an.

Le député souhaite également que le palais présidentiel détaille davantage sa comptabilité, avec des rubriques plus précises. Il aimerait aussi que la Cour des comptes étudie les budgets 2011 et 2012, au même titre que les précédents, ce qui n'est pas prévu aujourd'hui.

René Dosière a été beaucoup plus critique sur les montants engagés. "On a un président qui dépense beaucoup", a-t-il jugé.

Le nombre de véhicules est passé de 55 sous Jacques Chirac à 121 sous Nicolas Sarkozy; le montant des sondages de 500.000 à 2,2 millions d'euros; les déplacements en avion ont augmenté de 49% avec un président qui passe en moyenne 24 heures par semaine en vol.

Surtout, les quelque 1.000 policiers et gendarmes qui assurent la sécurité des déplacements de Nicolas Sarkozy (quand Jacques Chirac n'en mobilisait que la moitié ou le tiers) coûtent 450.000 euros par déplacement. Un dispositif jugé excessif par René Dosière. Selon lui, si la présidence n'en mobilisait que 300 par voyage, cela permettrait de récupérer "510 policiers à l'année pour lutter contre la délinquance". AP

cb/mw