Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Roi du Plateau doit payer une amende de 50 000$ pour son four à bois

Depuis la publication samedi de l'article du Journal de Montréal qui a révélé les déboires du Roi du Plateau, le célèbre restaurant portugais fait l'objet d'une campagne de soutien sur Internet.

Le JdM a appris que cette table fameuse à Montréal, située sur la rue Rachel, doit fermer ses portes en raison de son feu à bois, dont la fumée indispose les habitants des condos alentours.

En vertu d'un règlement municipal sur les polluants atmosphériques, la Ville a imposé une amende de 52 925 dollars au restaurant. Amende que les propriétaires du Roi du Plateau, la famille Viegas, ne peuvent et ne veulent honorer. Ils ont en effet déjà entreprise d'importants travaux, d'un montant de 200 000 dollars, pour se conformer à la réglementation en question.

Toujours selon le Journal de Montréal, quatre autres restaurants montréalais sont confrontés au même problème : Doval, Romados, les bagels Fairmount et Saint-Viateur et Chez Shwartz’s.

Face à l'émoi suscité par cette information, la Ville de Montréal ne compte pas changer son fusil d'épaule. « C’est du droit pénal, il y a eu infraction et les restaurateurs ont eu deux ans pour se conformer à la réglementation », a expliqué le chargé de communications de la Ville, Philippe Sabourin, interrogé par le Journal de Montréal.

En attendant, la mobilisation s'organise sur Facebook. La page intitulée « Sauvons Le Roi du Plateau » a suscité des centaines et des centaines de « J'aime » en quelques heures.

Sur Twitter, Le Roi du Plateau suscite également des dizaines de gazouillis.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.