NOUVELLES
28/01/2012 04:18 EST | Actualisé 29/03/2012 05:12 EDT

L'Iran envisage d'imposer son propre embargo pétrolier contre l'Union européenne

TÉHÉRAN, Iran - Les législateurs iraniens ont complété l'ébauche d'un projet de loi forçant le gouvernement à mettre immédiatement fin aux ventes de pétrole brut à l'Europe en réaction à la décision européenne d'imposer un moratoire sur l'achat de pétrole iranien, a indiqué samedi un membre du Parlement.

Selon Nasser Soudani, le comité parlementaire sur l'énergie a terminé samedi son travail sur le projet de loi et le Parlement en débattra et votera sur ce projet au cours d'une séance libre, dimanche.

Au dire de la station de télévision officielle, M. Soudani aurait déclaré que l'Europe n'aurait pas droit à une goutte de pétrole iranien tant et aussi longtemps que l'embargo pétrolier serait en place.

L'Union européenne a imposé un tel embargo contre l'Iran et a gelé les avoirs de la Banque centrale iranienne, lundi. Il s'agit de la plus récente tentative d'augmenter la pression sur Téhéran en lien avec son programme nucléaire. Les États-Unis et ses alliés arguent que celui-ci est destiné au développement d'armes atomiques. L'Iran affirme plutôt qu'il ne sert qu'à des objectifs pacifiques.

Les sanctions européennes surviennent quelques semaines seulement après que les États-Unis eurent approuvé, mais pas mis en place de nouvelles sanctions contre la Banque centrale iranienne et, par extension, sa capacité de vendre son pétrole.

Plusieurs législateurs et responsables iraniens ont exigé une interdiction immédiate des exportations pétrolières à destination de l'Europe avant que l'embargo européen n'entre pleinement en vigueur en juillet, arguant que les 27 nations de l'Union européenne ne représentent qu'environ 18 pour cent des ventes pétrolières totales du pays, et seraient ainsi plus durement affectées par la décision que l'Iran. La Chine, un important acheteur de brut iranien, a critiqué l'embargo.

Ahmad Qalebani, le directeur de la Compagnie pétrolière iranienne nationale, a dit que l'Union européenne devait signer immédiatement des contrats d'achat de pétrole à long terme avec l'Iran ou perdre cette source d'approvisionnement.

«Certaines entreprises européennes veulent encore recevoir du pétrole iranien, a déclaré M. Qalebani selon l'agence de presse semi-officielle ISNA. Nous voulons que ces entreprises entament des négociations transparentes avec nous à propos de contrats à long terme ou de cesser immédiatement d'acheter du pétrole iranien.»

Au dire de M. Qalebani, la décision de cesser immédiatement toutes les exportations de pétrole à destination de l'Europe doit être approuvée par les dirigeants du pays.

Si le Parlement adopte le projet de loi pour mettre fin à la vente de pétrole à l'Union européenne, ce même projet de loi doit encore être approuvé par le Conseil des Gardiens pour entrer en vigueur.