NOUVELLES
28/01/2012 12:40 EST | Actualisé 29/03/2012 05:12 EDT

L'envoi d'un bonhomme Lego dans l'espace pose des problèmes de sécurité aérienne

TORONTO - Deux adolescents de Toronto qui ont lancé un homme Lego dans l'espace ont recueilli des images vidéos impressionnantes, mais les experts affirment que toute personne tentant de répéter l'exploit devrait être consciente des règles de sécurité aérienne.

Les étudiants de 12e année (ou l'équivalent d'un secondaire VI) disent avoir utilisé un ballon rempli d'hélium et une boîte de styromousse pour envoyer la petite figurine à une altitude de 24 kilomètres.

Des caméras attachées à la boîte ont enregistré l'incroyable odyssée de la figurine sur vidéo, qui a plus tard été diffusée sur YouTube.

Mathew Ho, âgé de 17 ans, dit avoir effectué des recherches en ligne avec son ami pour s'assurer qu'ils avaient toutes les informations nécessaires concernant l'utilisation de ballons météo, et qu'ils n'allaient pas effectuer quoi que ce soit d'illégal.

Un porte-parole de l'Association des pilotes d'Air Canada qui a visionné la vidéo du lancement a déclaré que celle-ci démontrait «un incroyable niveau de débrouillardise» de la part des adolescents.

Selon le capitaine Barry Wiszniowski, président de la division de la sécurité en vol du groupe de pilotes, le plus grand risque serait l'absence d'avertissement pour les utilisateurs de l'espace aérien.

La majeure partie des ballons météo sont lancés à partir de sites connus, a-t-il ajouté. Si d'autres ballons sont lancés, cela pourrait poser problème dans le domaine de l'aviation.

Un pilote pourrait ne pas disposer d'assez de temps pour réagir si un tel ballon surgissait de façon inattendue, a ajouté M. Wiszniowski. En fonction de la vitesse de l'avion, l'impact pourrait être similaire au choc d'un oiseau et pourrait causer des dommages, particulièrement si quelque chose était aspiré dans un moteur.

De son côté, une porte-parole de Transports Canada a indiqué par courriel que les vols de petits ballons sans équipage n'étaient pas réglementés par le Règlement de l'aviation canadien.

Le ministère fédéral devrait toutefois être informé à l'avance de tout lancement pour s'assurer que la sécurité aérienne n'est pas menacée, a précisé Kelly James.