NOUVELLES
28/01/2012 02:20 EST | Actualisé 29/03/2012 05:12 EDT

La police britannique arrête 5 personnes en lien avec l'enquête sur les tabloïds

LONDRES - L'enquête sur les pratiques d'un tabloïd britannique a frappé de plein fouet une deuxième publication de Rupert Murdoch, samedi, avec l'arrestation de quatre journalistes actuels et anciens du Sun suspectés d'avoir offert des pots-de-vin à la police.

Un policier a également été arrêté, et les autorités ont fouillé les bureaux du journal dans le cadre d'une enquête pour paiements illégaux en vue d'obtenir des informations.

Les arrestations font s'étendre le scandale concernant les mauvaises pratiques des tabloïds, scandale qui a déjà forcé la fermeture d'un journal de M. Murdoch, le News of the World, au journal le plus vendu de Grande-Bretagne.

Selon la police de Londres, deux hommes âgés de 48 ans et un autre âgé de 56 ans ont été arrêtés en vertu de soupçons de corruption tôt samedi matin dans des maisons de la capitale et de sa banlieue. Un homme de 42 ans a plus tard été détenu dans un poste de police londonien.

L'entreprise News Corp. de M. Murdoch a confirmé que tous les quatre étaient des employés actuels ou passés du Sun. La BBC et d'autres médias britanniques les ont identifiés comme l'ancien responsable de gestion Graham Dudman, l'ancien éditeur adjoint Fergus Shanahan, l'actuel chef de l'information Chris Pharo et le responsable des faits divers Mike Sullivan.

Un cinquième homme, un policier de 29 ans, a été arrêté au poste de police de Londres où il travaille.

L'enquête concernant d'éventuels paiements illégaux versés par des journalistes à des policiers pour de l'information se déroule en parallèle de celle se penchant sur le piratage téléphonique effectué par le défunt tabloïd News of the World.

La police a précisé que les arrestations de samedi avaient été effectuées sur la base d'informations fournies par le Comité de gestion et des normes de News Corp., l'organe interne chargé de déceler les mauvaises pratiques.

News Corp. a d'ailleurs dit qu'elle collaborait avec la police.